•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les visites dans les hôpitaux de l’Outaouais sont suspendues jusqu’à nouvel ordre

Chargement de l’image

En tout, six hôpitaux sont touchés par cette nouvelle mesure, dont l'Hôpital de Hull (archives).

Photo : Radio-Canada / Félix Desroches

Radio-Canada

Face à la sixième vague de la pandémie de COVID-19, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a pris la décision de suspendre jusqu’à nouvel ordre les visites dans les hôpitaux de l’Outaouais.

Seuls les proches aidants pourront visiter les patients et les assister. Ils devront respecter certaines mesures sanitaires.

Le CISSS de l’Outaouais a précisé dans un communiqué de presse vendredi que cette décision a été prise afin d’assurer la protection de nos usagers les plus vulnérables, des travailleurs de la santé et de la population.

Lors d'un court point de presse, la cheffe du service de prévention et de contrôle des infections au CISSS de l'Outaouais, Émilie Delisle, a expliqué que cette décision a été prise en raison des éclosions qui surviennent dans les divers hôpitaux de la région.

On parle de 50 infections nosocomiales [maladies infectieuses contractées pendant une hospitalisation, NDLR]. Il y a plusieurs unités touchées, notamment à l'Hôpital de Hull.

Les restrictions imposées aux visites ne s'appliquent pas aux CHSLD et aux RPA de l'Outaouais, même si certains de ces établissements sont aux prises avec des éclosions de COVID-19.

En tout, six hôpitaux sont touchés par cette nouvelle mesure, c’est-à-dire ceux de Gatineau, de Hull, de Papineau, de Maniwaki, de Shawville et de Wakefield.

Émilie Delisle a ajouté que la mesure s'applique également à l'Hôpital en santé mentale Pierre-Janet.

Nous remercions la population de sa collaboration, a fait savoir le CISSS de l’Outaouais vendredi matin.

Cette nouvelle directive ne s'applique toutefois pas aux CHSLD de l'Outaouais, a tenu à préciser le CISSS, par courriel.

On veut renforcer les mesures en place avec les équipes de prévention des infections qui sont sur place pour accompagner les équipes de soins, a-t-on indiqué. On accompagne également les proches aidants au niveau des précautions additionnelles pour bien s'assurer que les équipements de protection personnelle soient bien utilisés en toute sécurité.

En date du 13 avril, on comptait des éclosions dans 15 milieux de vie de l'Outaouais.

Se sentir en sécurité à l'hôpital

Le président du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet, ne s'est pas opposé à cette décision. Selon lui, il est essentiel que chaque patient qui met les pieds dans un hôpital se sente en sécurité.

Si les autorités disent qu'il y a des éclosions, je suis porté à les appuyer dans ces circonstances particulières.

Lorsque M. Brunet parle de circonstances particulières, il est question du très contagieux sous-variant BA.2 et des autres grippes qui montent également. Il faut dire aux gens de limiter les visites, d'abord pour leur protection mais surtout pour celle d'un proche plus vulnérable.

Chargement de l’image

Le président du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet (archives)

Photo : Radio-Canada

Les visites demeurent autorisées à Montfort

De l'autre côté de la rivière des Outaouais, l'Hôpital Montfort a précisé que sept patients atteints de la COVID-19 sont hospitalisés à l'heure actuelle. Aucune éclosion n'est en cours, a fait savoir une porte-parole par courriel.

Nous savons à quel point la présence d’un proche contribue au bien-être d’un patient. Pour l’instant, les visites demeurent autorisées, selon certaines restrictions. Nous continuons d’exiger une preuve de vaccination complète des visiteurs. Évidemment, le port du masque est obligatoire en tout temps dans l’hôpital.

Chargement de l’image

L'Hôpital Montfort va surveiller la situation de près (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Les dirigeants de l'Hôpital Montfort vont cependant demeurer attentifs à l'évolution de la situation.

Avec les informations de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !