•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada demandera justice pour les victimes de violence sexuelle en Ukraine

Chargement de l’image

La vice-première ministre du Canada et ministre des Finances, Chrystia Freeland

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La Presse canadienne

La vice-première ministre Chrystia Freeland affirme que le Canada s'engage à demander justice pour les femmes et les enfants ukrainiens tandis que les allégations de violence sexuelle par des soldats russes se multiplient.

Mme Freeland a été questionnée jeudi sur les crimes de guerre que la Russie est accusée d'avoir commis en Ukraine et sur l'utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre.

Des crimes de guerre ont été commis en Ukraine, ils sont commis en Ukraine. Les preuves que nous avons vues à Boutcha et dans d'autres parties de l'Ukraine qui ont été sous occupation russe sont absolument horrifiantes, a déclaré Mme Freeland après une visite d'un site de capture de carbone à Calgary.

Je veux prendre un moment pour souligner que l'une des choses qui se passent est le viol systématique des femmes et des enfants ukrainiens, a-t-elle dit.

Mme Freeland a déclaré que le Canada travaillerait avec ses alliés démocratiques pour poursuivre les responsables de ces atrocités.

« Le viol est utilisé comme une arme dans cette guerre et je veux que les femmes ukrainiennes sachent que nous les voyons, nous n'allons pas les oublier et nous travaillerons avec l'Ukraine et avec nos alliés démocratiques à travers le monde pour traduire les auteurs en justice. »

— Une citation de  Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada et ministre des Finances
Notre dossier Guerre en Ukraine

La vice-première ministre a dit également qu'il était approprié de déclarer l'occupation russe comme un génocide puisque des milliers d'Ukrainiens ont été tués et brutalisés.

Mme Freeland a évoqué un document effrayant sur un site internet russe publié il y a 10 jours qui exposait effectivement un plan de génocide en Ukraine, qui appelait à la souffrance, à la punition des personnes qui avaient choisi, selon ce document, à tort de se décrire comme Ukrainiens.

Cela appelait à ce que le mot Ukraine soit effacé, a-t-elle ajouté.

Mme Freeland, qui est également ministre des Finances, a dit qu'elle s'était entretenue avec son homologue ukrainien pour exprimer le soutien du Canada.

Elle a affirmé que l'occupation russe signalait un combat entre la démocratie et la dictature et qu'il était dans l'intérêt du Canada de soutenir l'Ukraine.

Honnêtement, nous sommes vraiment chanceux que les Ukrainiens soient préparés si courageusement à mener ce combat pour nous, qu'ils soient prêts à rester là et à mourir dans ce combat, a-t-elle affirmé.

Jusqu'à 150 membres des Forces armées canadiennes sont déployés depuis l'Ontario pour aider à la prise en charge, à la coordination et à la réinstallation des réfugiés ukrainiens en Pologne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !