•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien DG de Winnipeg, Phil Sheegl, doit verser 327 000 $ à la Ville, dit un juge

L'ancien directeur de la Ville de Winnipeg, Phil Sheegl, regarde droit devant lui.

L'ancien directeur de la Ville de Winnipeg, Phil Sheegl (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba, Glenn Joyal, a décidé mercredi que l’ancien directeur général (DG) de Winnipeg, Phil Sheegl, doit verser à la Ville la somme de 327 000 dollars qu’il a reçue comme pot-de-vin alors qu’il était en fonction.

En mars, Glenn Joyal affirmait que Phil Sheegl avait reçu un pot-de-vin et avait manqué à son devoir de haut fonctionnaire municipal en 2011, lorsqu’il avait accepté un paiement de 327 200 $ d'Armik Babakhanians, le propriétaire de l'entreprise Caspian Construction.

Ce paiement a été effectué quelques jours après que l’ancien DG eut accordé à Caspian Construction, le contrat du quartier général de la police, fixé plus tard à 137 millions de dollars, selon des documents judiciaires.

En mars, le juge avait déjà décidé que Phil Sheegl devait rembourser un montant de 250 000 $ qu'il avait reçu de la Ville à titre d'indemnité de départ et remettre une somme de 100 000 $ à la Ville en frais punitifs et couvrir également les frais juridiques de l'administration municipale.

Dans la décision de mercredi, le juge manitobain a déterminé que les 327 200 $ devaient être versés à la Ville à titre de dommages pour abus de confiance, qui faisait partie intégrante de la corruption civile commise contre la Ville.

Selon le juge, Phil Sheegl a violé le code de conduite des fonctionnaires municipaux, qui interdit aux employés de recevoir des faveurs financières de personnes engagées dans une relation commerciale avec la Municipalité.

Pour l’instant, aucune décision de justice n’a été rendue sur l’affaire qui oppose la Ville à la société de construction d’Armik Babakhanians.

Ni les avocats de Phil Sheegl ni ceux d’Armik Babakhanians n’ont souhaité commenter la décision.

Parallèlement, dans un courriel adressé aux membres du conseil municipal mercredi après-midi, l’actuel directeur général de la Ville de Winnipeg, Michael Jack, s'est dit satisfait de la dernière décision rendue.

C'est essentiellement la disposition que la Ville avait demandée et défendue, Nous sommes donc très satisfaits de ce résultat positif supplémentaire, a-t-il souligné.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !