•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto met fin au programme Quiet Streets, des rues à circulation réduite

Des cônes orange dans une rue.

L'une des rues où les automobilistes étaient encouragés à ralentir dans le cadre du programme Quiet Streets durant les deux derniers étés.

Photo : Ville de Toronto

Toronto abandonne l'initiative estivale Quiet Streets, mais promet plus de mesures pour protéger piétons et cyclistes.

Le programme Quiet Streets (rues tranquilles) avait été lancé au début de la pandémie pour faciliter la distanciation physique et permettre aux résidents de faire de l'exercice à l'extérieur.

De mai à octobre 2020, des tronçons totalisant 65 km à 31 endroits différents de la ville avaient ainsi été transformés en espaces partagés où les automobilistes étaient invités à ralentir et à partager la voie publique avec piétons et cyclistes grâce à des cônes disposés dans la rue.

Le programme saisonnier était revenu l'an dernier, mais sous une forme réduite.

La Ville indique que l'initiative ne sera pas prolongée cette année dans sa mouture initiale, mais assure qu'elle continue à mettre en place des améliorations dans l'esprit de Quiet Street à divers endroits en consultation avec les communautés et les conseillers municipaux de ces quartiers.

« La Ville cherche à rendre les rues plus sécuritaires grâce à des programmes existants et des infrastructures, tels que la réduction de la limite de vitesse, la mise en place de zones de sécurité scolaires, des radars photo, la planification de la mobilité par quartier et des améliorations sur le plan local identifiées grâce aux appels au 311 et aux requêtes des conseillers municipaux. Toutes ces initiatives continuent à faire avancer les objectifs du programme original Quiet Street. »

— Une citation de  Marcela Mayo, porte-parole de la Ville de Toronto

La Ville ajoute que des pistes cyclables doivent être aménagées, si ce n'est pas déjà le cas, le long de plusieurs des tronçons ayant fait partie du programme Quiet Streets. D'autres rues seront réaménagées à l'avenir pour y rendre le vélo et la marche plus sécuritaires et faciles, en incorporant des éléments visant à réduire la vitesse et la circulation automobile.

Par ailleurs, la Ville confirme que nombre de grandes artères seront fermées temporairement à la circulation encore cet été pour les cyclistes et les piétons dans le cadre de l'initiative ActiveTO (Toronto active). Les détails doivent être communiqués plus tard.

Réactions

Le programme Quiet Streets avait reçu des accolades dans certains quartiers, mais tout en soulevant l'ire d'automobilistes en particulier à d'autres endroits.

Selon les réactions recueillies par la Ville durant l'été 2020, certains affirmaient ainsi que ça rend la ville plus agréable. D'autres disaient que le programme devrait être permanent. Tout tourne autour de l'automobile dans les quartiers résidentiels, lançait un Torontois.

En revanche, plusieurs résidents se sont plaints de la signalisation difficile à comprendre. Les cônes ne sont pas fixés au sol, alors les gens les remettent au bord du trottoir. C'est ridicule, racontait un Torontois. La Ville avait utilisé des blocs de béton l'an dernier.

Interrogée au sujet de la fin de l'initiative Quiet Streets, la porte-parole du maire John Tory, Lawvin Hadisi, indique que le programme a évolué avec le temps, faisant écho au message de la Ville qui dit avoir incorporé des leçons qui en ont été tirées.

Même son de cloche de la part de la mairesse adjointe, Ana Bailão. Pour elle, le programme a perdu sa raison d'être initiale avec la levée de la plupart des mesures de santé publique.

En revanche, la conseillère municipale Paula Fletcher se dit attristée, le programme ayant été très populaire dans son secteur de l'est de la ville.

« On pouvait voir de petits enfants sur leur vélo au milieu de la rue. Ils se sentaient en sécurité. »

— Une citation de  Paula Fletcher, conseillère municipale

Malgré la fin du programme Quiet Streets, elle précise qu'une partie de l'avenue Sammon sera à nouveau à circulation réduite cet été, en attendant la revitalisation de la rue en 2023. Elle ajoute qu'une piste cyclable a été aménagée le long de l'avenue Monarch Park, une autre artère de son quartier qui avait fait partie de l'initiative Quiet Streets.

Selon elle, la fin du programme n'a rien à voir avec le poids des automobilistes dans l'opinion publique et le fait que des élections municipales auront lieu à l'automne. Elle croit plutôt que les fonctionnaires sont débordés avec d'autres projets, comme la rénovation de l'autoroute Gardiner et la construction du métro de la ligne Ontario.

Son collègue Gord Perks raconte que le programme Quiet Streets n'avait pas remporté beaucoup de succès dans son secteur de l'ouest de la ville, Parkdale-High Park.

« Il ne suffit pas de mettre quelques cônes au milieu d'une rue pour régler les problèmes. »

— Une citation de  Gord Perks, conseiller municipal

Il croit que le programme a aidé à créer un élan politique en faveur de la sécurité routière, mais il faut des mesures permanentes, selon lui. Il a par exemple fait réduire la limite de vitesse à 30 km/h dans les quartiers résidentiels de son secteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !