•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Équiterre s’inquiète du développement de la filière batterie à Bécancour

Vue aérienne du parc industriel et portuaire de Bécancour.

Vue aérienne du parc industriel et portuaire de Bécancour (archives)

Photo : Facebook / Parc industriel et portuaire de Bécancour - SPIPB

  • Mylène Gagnon

L’annonce de la venue de deux usines pour mettre au point des composantes de batteries pour les véhicules électriques dans le parc industriel et portuaire de Bécancour inquiète Équiterre. L' organisme écologiste s'élève contre ces projets puisqu’ils prévoient le dézonage de terres agricoles pour faire place à de la production de batteries.

Dans ses délimitations actuelles, le site de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour inclut des parcelles de terres agricoles. C’est cette zone qui est visée pour l’établissement de futurs projets liés à la filière batterie, notamment l’usine de la compagnie américaine General Motors (GM) qui produira des cathodes, éléments essentiels dans la fabrication de batteries.

La directrice générale d’Équiterre, Colleen Thorpe, estime que les dézonages requis contribueront à l’effritement du patrimoine agricole. On demande au gouvernement de réfléchir aux conséquences de cette décision et des autres qui l’ont précédée sur notre souveraineté alimentaire, indique-t-elle, par voie de communiqué.

Le gouvernement doit être en mesure d’appuyer les efforts d’électrification sans amputer nos capacités de production agricole.

Une citation de Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre

Pour la directrice générale de l’organisme, il s’agit d’une nouvelle façon trouvée pour justifier un projet de dézonage de terre agricole.

Colleen Thorpe est porte-parole pour Équiterre.

Colleen Thorpe est porte-parole pour Équiterre.

Photo : Radio-Canada

La Vallée de la transition énergétique en Mauricie et au Centre-du-Québec

Consulter le dossier complet

L'usine Ultium Cam en contrustion en vue aérienne.

Équiterre estime que la pression sur les terres agricoles s’est grandement accrue ces dernières années malgré l’adoption de la Loi sur la protection du territoire agricole. L'organisme estime que la situation réclame une nouvelle stratégie pour protéger le patrimoine collectif.

Équiterre demande également de mieux encadrer le calcul pour la compensation des terres agricoles. L’organisme souhaite qu’il fasse l’objet d’un processus de consultation et qu’il soit balisé par une réglementation claire.

  • Mylène Gagnon

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Mauricie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Mauricie.