•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une 6e vague de COVID-19 en Colombie-Britannique?

Chargement de l’image

La Colombie-Britannique encourage ses habitants à obtenir une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19.

Photo :  (Ben Nelms/CBC)

Alors que plusieurs provinces comme l’Ontario et le Québec indiquent qu’elles entrent dans une 6e vague de COVID-19, la Colombie-Britannique préfère encore une fois s’abstenir de qualifier la situation actuelle. Elle se dit tout de même prête à agir advenant une hausse du nombre d'hospitalisations.

La pandémie continue d’exister et nous devons continuer de nous y adapter, souligne d’emblée le ministre britanno-colombien de la Santé, Adrian Dix.

Il indique que la province continue de surveiller de près la situation dans les hôpitaux et la présence du virus responsable de la COVID-19 dans les eaux usées des villes. Pour le moment, précise-t-il, l’accent est plutôt mis sur la vaccination.

Pour d’autres spécialistes, comme Sarah Otto, professeure à l'Université de la Colombie-Britannique et membre du groupe sur la modélisation de la COVID-19, il ne fait aucun doute que la province vient d’entrer dans une nouvelle vague de la pandémie.

Ce que nous ne savons pas, c’est à quel point cette vague sera grave et ça, c’est vraiment difficile. Je n’ai jamais vu les modèles être aussi incertains et c’est causé par un manque de données puisqu'il y a moins de tests de dépistages et ça, c’est un problème, s’inquiète-t-elle.

Chargement de l’image

Plusieurs personnes optent pour les tests rapides à faire à la maison plutôt que les tests de dépistage PCR réalisés dans une clinique.

Photo : Getty Images / Tatyana Tomsickova

Elle n’est pas la seule à s’inquiéter de l’évolution de la pandémie en Colombie-Britannique. Le professeur à l'École des sciences infirmières de l'Université de Victoria et spécialiste des politiques de santé publique Damien Contandriopoulos affirme, lui aussi, que la province se trouve dans une 6e vague.

Ce qui est inquiétant, en termes de l’évolution de ce virus-là, c’est de voir qu’on va chaque fois plus haut et chaque fois plus vite. Il y a réellement des inquiétudes quant à ce que le virus de la COVID nous réserve pour les prochains mois, pour les prochaines années, dit-il.

Des demandes pour le retour du port du masque obligatoire

Tant Damien Contandriopoulos que Sarah Otto estiment que le retour de l'obligation de porter le masque à l'intérieur devrait être sérieusement considéré par les autorités de la santé de la province.

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a d’ailleurs recommandé aux Canadiens de continuer à porter des masques à l’intérieur au regard de la résurgence des cas partout au pays.

« Le masque fait partie des quelques mécanismes dont on sait qu’il est efficace par rapport à la COVID. »

— Une citation de  Damien Contandriopoulos, professeur à l'École des sciences infirmières de l'Université de Victoria

Pour Sarah Otto, le retour du port du masque obligatoire dans les lieux clos permettrait aux personnes vulnérables d’être mieux protégées et de vivre leur vie avec un peu moins de craintes.

Je pense que plus nous agissons tôt, moins nous aurons à agir dans le futur et plus modestes seront les restrictions nécessaires pour tenir un variant comme Omicron sous contrôle, estime-t-elle.

Les dernières données de la province concernant les cas de COVID-19 démontrent que le sous-variant BA.2 est responsable de la majorité des cas en Colombie-Britannique.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, n'a toujours pas signalé l'intention de la province de rendre de nouveau obligatoire le port du masque. L’obligation a été levée le 11 mars.

Avec des informations de Wildinette Paul et de l'émission Phare Ouest

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !