•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Poilievre attire les foules en Alberta

Des milliers de personnes autour de Pierre Poilievre.

Le candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, prend un bain de foule à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

Les foules aux rassemblements albertains du candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada Pierre Poilievre se composent de centaines de personnes. Selon des spécialistes en politique, si les rassemblements ne garantissent pas le succès du candidat, ils procurent un certain rythme au député.

C’est entouré de milliers de personnes et dans une ambiance festive que Pierre Poilievre a pris la parole peu avant 8 h, mardi soir, au centre sportif Spruce Meadows de Calgary. Au son d'une musique rock et country, les partisans se sont agglutinés pour remplir une salle qui peut accueillir 5000 personnes pour écouter le député.

Que ce soit en Ontario, au Québec ou en Alberta, le candidat conservateur réussit à attirer de nombreuses personnes pour l’écouter critiquer le Parti libéral du Canada, et parler d’inflation ou encore de cryptomonnaie.

Selon Mélanie Paradis, qui a été directrice adjointe de campagne de l’ancien chef Erin O’Toole, ces rassemblements sont sans précédent dans une course à la direction.

Elle estime que le député de Carleton profite de la levée des restrictions sanitaires en plus d’avoir un récit convaincant. Lors de la dernière course, les candidats devaient composer avec des limites quant au nombre de personnes.

Duane Bratt, professeur en science politique à l’Université Mount Royal, dit que Pierre Poilievre a réussi à attirer de nombreuses personnes même dans des endroits qui ne sont pas aussi conservateurs que l’Ouest canadien.

Environ 200 personnes rassemblées dans une salle regardent Pierre Poilievre qui fait un discours.

Des centaines de personnes sont allées entendre Pierre Poilievre à Trois-Rivières, le mois dernier, lors de sa première tournée officielle au Québec.

Photo : Radio-Canada / Benoît Roussel

Il a attiré de grandes foules en Ontario et au Québec. Pas autant que ce qu'il obtient ici, mais il a eu un énorme rassemblement à Windsor, qui n'est pas nécessairement un bastion conservateur.

Selon M. Bratt, Pierre Poilievre semble susciter plus d'enthousiasme que Jean Charest. Ce n’est pas comparable, affirme-t-il.

Les foules certes, mais les votes avant tout

Si les foules permettent de donner une certaine cadence à la campagne électorale, Duane Bratt explique que les rassemblements ne se traduisent pas nécessairement en votes.

Avec les règles actuelles de la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, chaque circonscription électorale peut procurer un maximum de 100 points à un candidat lors du vote.

Si vous avez 3000 membres du parti qui votent pour vous dans une circonscription, et 150 membres dans une autre circonscription, dans les deux cas, elles valent 100 points.

Éric Grenier, fondateur du site d’analyse électorale TheWrit.ca, est du même avis, quand il est question de grands rassemblements.

Si vous avez beaucoup de succès, que vous faites signer des gens par Internet, par les médias sociaux, le fait que vous n'avez pas ces grandes foules n'est peut-être pas si important.

« La chose la plus importante est de s'assurer que ces personnes s'inscrivent pour devenir membres. »

— Une citation de  Éric Grenier, fondateur du site d’analyse électorale TheWrit.ca

M. Bratt indique toutefois que les rassemblements de Pierre Poilievre lui permettent d'engranger de l’argent et d’attirer des bénévoles.

Avec des informations de Von scheel et Catherine Cullen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !