•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des semaines difficiles à venir dans les urgences du Québec

9150c4b024654bd28b8003511f371cdb

Les salles d'attente des urgences de la province surchauffent actuellement au Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Les urgences des hôpitaux de la province surchauffent, et la COVID-19 n’est pas la seule responsable. Gastro-entérite, influenza, problèmes de santé chroniques : les Québécois consultent en grand nombre et les équipes médicales ne sont pas assez nombreuses pour les prendre en charge.

Depuis 10 jours, c'est extrêmement difficile dans les urgences, confirme le Dr Gilbert Boucher, président de l'Association des urgentologues du Québec.

Plusieurs facteurs expliquent cet achalandage dans les salles d’attente. L’augmentation des contacts a favorisé la propagation de certaines maladies infectieuses, notamment chez les enfants.

On commence une nouvelle saison grippale, là, a précisé lors d'un point de presse le directeur national de santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau, ajoutant qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle au mois d’avril.

Alors que le mot d’ordre est d’apprendre à vivre avec la COVID-19, plusieurs patients ont aussi choisi de consulter, après avoir enduré leur mal durant la cinquième vague.

Pour couronner le tout, 12 700 employés de la santé, infectés par la COVID-19, sont absents du travail. Résultat : on assiste à une nouvelle tempête parfaite dans les urgences, selon le Dr Boucher.

Le sentiment dans les urgences, c'est que vous commencez votre quart de travail, et les gens dans la salle d'attente, vous ne savez pas si vous allez être capable de tous les voir dans votre quart de huit heures, illustre-t-il.

« Encore hier, 15 % des patients qui ont consulté aux urgences sont repartis sans voir de médecin. »

— Une citation de  Dr Gilbert Boucher, président de l'Association des urgentologues du Québec

À la veille des rassemblements familiaux du long congé de Pâques, il s’attend à ce que la situation demeure difficile pour le reste du mois d’avril.

Pour les deux prochaines semaines, si vous avez des problèmes qui peuvent attendre, s'il vous plaît, ne venez pas consulter aux urgences.

2000 hospitalisations en lien avec la COVID-19

Le nombre d’hospitalisations en lien avec la COVID-19 est aussi en augmentation. Le Dr Luc Boileau a confirmé, mercredi, que 2000 lits sont occupés au Québec. Dans la moitié des cas, toutefois, la maladie ne serait pas la raison principale de l'hospitalisation.

Une augmentation rapide des hospitalisations a notamment été observée dans les hôpitaux du CHU de Québec, où 111 lits étaient occupés par des patients atteints de la COVID-19 mardi.

On est passés de zéro, il y a peut-être trois semaines et demie… et ça recommence, observe le Dr Alexis Turgeon, intensiviste à l'Hôpital de l’Enfant-Jésus.

Les ressources médicales allouées pour soigner ces patients contribuent à faire augmenter la pression sur les urgences. Dans les hôpitaux du CHU de Québec, les patients COVID occupent 25 % des lits de soins intensifs.

Ce n'est pas très encourageant pour les prochaines semaines, note le Dr Turgeon.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !