•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Pen prône un « rapprochement stratégique » de l’OTAN avec Moscou après la guerre

Marine Le Pen et Vladimir Poutine, au Kremlin, se serrent la main.

Le président russe Vladimir Poutine en compagnie de la candidate d'extrême droite à la présidentielle française Marine Le Pen, le 24 mars 2017, au Kremlin.

Photo : Reuters / Sputnik/Mikhail Klimentyev

Agence France-Presse

La candidate d'extrême droite à l'élection présidentielle française Marine Le Pen a plaidé mercredi pour un « rapprochement stratégique entre l'OTAN et la Russie », « dès que la guerre russo-ukrainienne sera achevée et aura été réglée par un traité de paix ».

C'est l'intérêt de la France et de l'Europe, mais aussi je crois des États-Unis qui n'ont [...] aucun intérêt à voir émerger une étroite union sino-russe, a estimé la candidate du Rassemblement national (RN), lors d'un point presse sur la diplomatie à Paris.

Marine Le Pen, qui affrontera Emmanuel Macron au deuxième tour de la présidentielle française, ne souhaite ni soumission à Moscou ni suivisme à l'égard de l'administration Biden, particulièrement dans la région Asie et Océanie, a-t-elle affirmé.

Je le répète sans ambiguïté : élue présidente, je quitterai le commandement intégré [de l'OTAN], mais ne renoncerai pas à l'application de l'article 5 du traité de l'Atlantique Nord sur la sécurité collective, exactement donc comme c'était le cas avant 2009, a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen propose dans son projet présidentiel une alliance avec la Russie pour l'inclure dans une architecture de sécurité européenne qui ne peut se confondre avec la seule OTAN, considérée comme une organisation belliciste.

La dirigeante d'extrême droite, qui avait été reçue par Vladimir Poutine lors de la campagne présidentielle de 2017, est régulièrement accusée par ses adversaires d'accointances avec le pouvoir russe.

En 2014, le RN avait eu recours à un prêt russe de neuf millions d'euros, qu'il est toujours en train de rembourser en suivant un rééchelonnement obtenu en 2020 auprès de ses créanciers, une firme russe dirigée par d'anciens militaires, Aviazapchast.

Le Rassemblement national renvoie la faute sur les banques françaises, qui ont toutes refusé de lui accorder des prêts.

Le 4 avril, Marine Le Pen a évoqué des crimes de guerre en Ukraine après la découverte de centaines de corps de civils dans la région de Kiev, notamment à Boutcha.

Elle reste hostile aux sanctions économiques contre Moscou, au nom de la protection du pouvoir d'achat des Français.

Fin mars, la candidate du RN avait refusé de qualifier Vladimir Poutine de criminel de guerre, car on ne négocie pas la paix en insultant une des deux parties.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !