•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier cercle économique régional des peuples autochtones à Mashteuiatsh en juin

Chargement de l’image

Le conseil de bande de Mashteuiatsh organise le premier cercle économique régional des peuples autochtones.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Radio-Canada

Un des engagements découlant du Grand cercle économique des peuples autochtones, qui s’est tenu cet automne, prendra forme les 15 et 16 juin prochains au Lac-Saint-Jean.

L’objectif est d’assurer la pleine participation des peuples autochtones dans l’économie québécoise.

La communauté de Mashteuiatsh accueillera donc des représentants des milieux économique et politique de la région pour établir des ponts avec les gens d’affaires autochtones.

C’est de mettre en valeur les avancées et les réalisations de notre communauté dans notre économie. Ce qui est important, c’est le réseautage entre le milieu économique de notre Première Nation et le monde politique. On souhaite diffuser la force de nos droits par rapport au territoire et l’accès à la ressource pour avoir un effet de levier économique, soutient le chef du conseil de bande Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, Gilbert Dominique.

Le cercle économique régional de Mashteuiatsh sera la première rencontre régionale qui vise à rassembler des intervenants pour discuter des questions économiques propres à certaines communautés.

« On souhaite avoir un réseau sur une base annuelle et qui peut se déplacer d’une région à l’autre. »

— Une citation de  Gilbert Dominique, chef du conseil de bande de Mashteuiatsh

Jusqu’à 250 personnes sont attendues pendant deux jours au Lac-Saint-Jean pour la rencontre de juin. Les communautés innue, crie et atikamekw participeront notamment à l’événement.

Il y a de plus en plus de gens d'affaires [autochtones] qui osent s’aventurer dans l’entrepreneuriat. Ce qu’il faut, maintenant, ce sont des alliances stratégiques avec nos voisins, qu’il y ait un transfert d’expertise; on est là, présentement. On sent que notre milieu d’affaires a besoin d’un coup de main pour mettre en place des projets porteurs qui rayonneront partout dans la région , ajoute le chef Dominique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !