•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la période d’isolement n’est pas toujours respectée

Des promeneurs sur l'un des trottoirs de la rue Saint-Germain. Certains d'entre eux portent le masque.

Le virus circule abondamment au Bas-Saint-Laurent depuis le mois de mars (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Alors que le nombre d'hospitalisations reliées à la COVID-19 bat des records presque quotidiennement au Bas-Saint-Laurent et que le congé de Pâques approche, la santé publique réitère l'importance de respecter les consignes d'isolement pour les personnes qui ont des symptômes reliés au virus.

Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc, explique que plusieurs personnes atteintes de la COVID-19 ne respectent pas véritablement les consignes d'isolement. [C'est] ce qui nous a un peu échappé depuis les derniers mois. On l'a très bien vu par les enquêtes que l'on fait, dit-il.

L'isolement des personnes atteintes du virus est d'une durée de cinq jours depuis janvier. S'il est possible, par exemple, de reprendre le travail ensuite en portant le masque, il faut encore éviter les rassemblements et les activités non essentielles pour une autre période de cinq jours, recommande la santé publique.

« Si vous avez la malchance d'attraper le virus, vous serez contagieux vraisemblablement pendant 10 jours. Si vous allez visiter la famille, la parenté avant la fin des 10 jours, c'est sûr que vous les mettez à risque. »

— Une citation de  Dr Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

De plus, même si une personne a obtenu un résultat négatif à un test de dépistage, elle devrait tout de même éviter les rassemblements, souligne le Dr Leduc. Les tests rapides nous servent, mais ce n'est pas une panacée, ils ne sont pas parfaits, dit-il.

Si j'ai mal à la gorge et que je tousse, même si je n'ai pas de test rapide qui me confirme une positivité, il serait prudent que j'évite les endroits où il y a beaucoup de gens. On a cette responsabilité-là, a affirmé le Dr Leduc en entrevue à Info-réveil.

Depuis le début du mois d'avril, 18 personnes atteintes de la COVID-19 ont perdu la vie au Bas-Saint-Laurent, dont deux au cours des dernières 24 heures. Les mois les plus funestes dans la région relativement à la pandémie sont ceux de janvier et de février, où 19 décès ont été recensés.

Les hospitalisations, quant à elles, sont passées de 38 à 63 en moins de deux semaines, battant record après record.

On a bien hâte de voir la transmission se réduire pour voir le nombre de gens qu'on a besoin d'hospitaliser diminuer, affirme le Dr Leduc. On espère avoir atteint le sommet, mais on ignore jusqu'où on se rendra.

Heureusement, peu de personnes doivent être traitées aux soins intensifs. Cependant, la pression reste forte sur le système de santé de la région, qui compte plus de 300 employés absents en raison de la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !