•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Fabriquer des hosties… et des retailles

Chargement de l’image

Au Québec, il existe une production commerciale d'hosties en plus de leur confection dans des communautés religieuses.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour certains, recevoir une hostie constitue un geste sacré. Pour d'autres, ces hosties et leurs retailles peuvent représenter une belle occasion d'affaires. Des reportages tirés de nos archives nous renseignent sur leur fabrication et sur leur consommation.

Comme gagne-pain, en plus des travaux ordinaires pour la marche d'une maison comme la nôtre, nous assurons la confection du pain d'autel et d'articles d'artisanat, explique sœur Marie de l'Immaculée en 1977.

Extrait d'un reportage du réalisateur Jacques Renaud montrant les sœurs cloîtrées des Servantes de Jésus-Marie de Hull qui s'affairent à la fabrication des hosties.

Ce reportage à l’émission Second regard du 6 mars 1977 nous montre comment ces sœurs cloîtrées confectionnent les rondelles de pain d'autel qui deviendront des hosties au moment de la célébration religieuse.

Au cloître des Servantes de Jésus-Marie, à Hull, une vaste pièce est consacrée à cet ouvrage.

Une couche de pâte composée de farine et d’eau est d’abord chauffée entre deux plaques brûlantes, puis la mince feuille qui en résulte est égalisée à l’aide de longs ciseaux. D’autres sœurs cloîtrées s’affairent à perforer les feuilles de pain d’autel pour en faire des rondelles qu’elles comptent à la main avant de les empaqueter.

On remarque deux tailles d’hosties : celles destinées aux célébrants — plus grandes et marquées d’un sceau — puis les plus petites — une dizaine par feuille — destinées aux fidèles lors de la communion.

Reportage de la journaliste Mélissa Paradis sur les dernières sœurs carmélites de Dolbeau-Mistassini qui fabriquent des hosties.

En 2021, il n'y a plus qu’une dizaine de religieuses dans la province qui produisent des hosties pour les églises dans certaines villes du Québec et de l'Ontario.

C’est ce que nous montre ce reportage de Mélissa Paradis au Téléjournal du 24 décembre 2021.

Pour les sœurs carmélites de Dolbeau-Mistassini, la confection des hosties est également une façon de participer à l’eucharistie. On le fait en priant, souligne la sœur supérieure, Denise-Thérèse Moussette.

Les religieuses utilisent une machinerie plus productive et beaucoup moins rudimentaire que celle qu’on pouvait observer en 1977.

Dans cette communauté religieuse, on empaquette d’ailleurs des hosties – ou plutôt des retailles d’hosties – destinées à la vente dans les dépanneurs et dans les épiceries de la région du Lac-Saint-Jean.

Reportage de Marie-Josée Taillefer sur la provenance des retailles d'hosties, en vente dans les épiceries et dépanneurs du Québec.

Avez-vous déjà acheté des retailles d’hosties? À l’émission L’épicerie du 9 novembre 2005, l’animatrice Marie-Josée Taillefer se penche sur cette tendance apparue au Québec à la fin des années 1980.

Il est possible de se procurer des retailles directement à l'accueil des monastères où on les fabrique, explique l’animatrice, mais on en trouve aussi fréquemment dans les commerces d’alimentation.

Or, ces retailles d’hosties ne sont que des répliques, nous apprend l’animatrice. Les sacs d'hosties commerciales comptent souvent des feuilles complètes de pain d’autel ou encore des feuilles à peine perforées pour faire illusion. En effet, il est beaucoup plus pratique pour le fabricant de remplir ainsi son sac, dont le prix est fixé en fonction du poids.

Cette récupération du patrimoine religieux, un phénomène presque exclusivement québécois, peut d’ailleurs être choquante pour certaines congrégations, mais l’intérêt des consommateurs est manifeste.

En 2005, on a produit environ deux millions de sacs de retailles d’hosties au Québec et 400 000 sacs de pastilles de pain d’autel. Pour ceux qui souhaiteraient s’en procurer, l’animatrice Marie-Josée Taillefer souligne que les hosties sont faibles en gras et sans sel. Elles peuvent ainsi constituer une grignotine tout à fait comparable, du point de vue nutritionnel, au maïs nature et aux galettes de riz.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.