•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada impose de nouvelles sanctions au secteur de la défense russe

Mélanie Joly devant une série de micros.

La ministre des Affaires étrangères du Canada, Mélanie Joly, lors de son arrivée au sommet de l'OTAN jeudi dernier.

Photo : Associated Press / Olivier Matthys

Radio-Canada

Une nouvelle salve de sanctions du Canada cible 33 personnes ou organisations du secteur de la défense russe afin de protester contre l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes.

Selon la ministre des Affaires étrangères du Canada, Mélanie Joly, ces entités ont fourni un soutien à l'armée russe – directement ou indirectement – et sont donc complices de la douleur et des souffrances qui résultent de la guerre déclenchée par le président russe Vladimir Poutine il y a maintenant 47 jours en Ukraine.

Les mesures comprennent des gels d'avoirs et des interdictions pour des organisations cotées, notamment l'Institut de physique et de technologie de Moscou, Integral SPB et Shipyard Vympel JSC.

Ces compagnies produisent du matériel militaire pour l'armée russe et font partie de la chaîne d’approvisionnement, a expliqué Mme Joly en entrevue à Tout un matin lundi depuis Jakarta, la capitale indonésienne.

On est à plus de 1200 sanctions qui ont été imposées par le Canada contre la Russie, a-t-elle rappelé. En plus, on a banni les bateaux russes de nos ports, les avions russes de notre espace aérien.

Les sanctions ont un impact, surtout dans le temps. Ça, on le sait. Et elles vont continuer. Il va y avoir d’autres sanctions dans les semaines à venir.

Une citation de Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères du Canada

Guerre en Ukraine

Consulter le dossier complet

Un véhicule blindé est en feu, un corps gît dans la rue.

Ces nouvelles sanctions canadiennes sont annoncées après une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN, jeudi dernier, à Bruxelles, dans la foulée des massacres de civils qui ont été mis au jour à Boutcha et dans d'autres villes en périphérie de Kiev.

Le but, c'est qu’on soit extrêmement coordonnés [avec nos alliés] et qu’on ait les mêmes sanctions, qu’on vise les mêmes personnes et les mêmes compagnies, a indiqué la ministre Joly.

Notre     dossier Guerre en Ukraine

Justin Trudeau mise sur la justice internationale

Questionné lundi sur les exactions attribuées aux forces russes en Ukraine et sur ce que compte faire son gouvernement, le premier ministre Justin Trudeau a rappelé que le Canada est l’un des premiers pays à aller à la Cour pénale internationale pour exiger des conséquences et une enquête sur Poutine.

Justin Trudeau a ajouté que des enquêteurs de la Gendarmerie royale du Canada seront aussi envoyés sur le terrain pour vraiment démontrer à quel point ce que Poutine est en train de faire est inacceptable.

On va continuer de travailler avec la communauté internationale pour s’assurer que ces crimes de guerre soient punis, a ajouté le premier ministre Trudeau.

Dans un message vidéo de fin de soirée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a pour sa part affirmé que l'agression de la Russie n'était pas destinée à se limiter à la seule Ukraine.

L'ensemble du projet européen est une cible, a-t-il déclaré.

C'est pourquoi ce n'est pas seulement le devoir moral de toutes les démocraties, de toutes les forces de l'Europe, de soutenir le désir de paix de l'Ukraine, a déclaré M. Zelensky. Il s'agit en fait d'une stratégie de défense pour chaque État civilisé.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.