•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour du masque obligatoire dans le plus grand conseil scolaire d’Ottawa?

Des parents, des enseignants et des experts soutiennent un retour du port du masque dans les écoles

Des enfants entrent dans une école.

Les étudiants sont retournés en classe au Glebe Collegiate Institute, l'automne dernier. Le conseiller scolaire de l'OCDSB, Mark Fisher, prévoit présenter une motion, mardi, pour rendre à nouveau les masques obligatoires.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

Un conseiller scolaire du plus grand conseil d'Ottawa prévoit de présenter une motion, mardi, pour réintroduire le port du masque dans tous ses bâtiments, jusqu'à ce que le bureau de santé publique de la ville assure explicitement que ce n’est plus nécessaire.

L'Ontario a levé l’obligation de porter le masque dans la plupart des endroits le 21 mars. Mais une semaine plus tôt, les conseillers scolaires du Conseil scolaire de district d'Ottawa-Carleton (OCDSB) envisageaient déjà de prolonger le port du masque obligatoire jusqu'au 8 avril. La motion présentée avait toutefois finalement échoué.

Le conseiller scolaire Mark Fisher, qui prévoit de présenter une autre motion lors de la réunion du conseil mardi, se dit préoccupé par la présence croissante de la COVID-19 dans la ville.

Nous sommes responsables de la santé et du bien-être de 10 000 employés et de plus de 70 000 étudiants, rappelle-t-il. Nous avons déjà mis en place le port du masque obligatoire par le passé, donc je pense que le moment est à nouveau venu de reconsidérer ce type de mesure.

Plusieurs parents soutiennent la proposition

Ottawa a récemment établi des records pour la quantité de coronavirus présente dans ses eaux usées. Santé publique Ottawa (SPO) s'est dit préoccupé par la résurgence de la COVID-19, et la médecin-chef en santé publique, la Dre Vera Etches, a recommandé de porter le masque à l'intérieur.

M. Fisher remarque qu'un certain nombre de salles de classe dans les quartiers River et Gloucester-Southgate, qu'il représente, ont été fermées ces derniers temps, y compris celle de sa fille, deux fois la semaine dernière.

Je sais que ce ne sont pas tous les parents qui veulent revoir le masque dans les écoles. Moi non plus. Mais je pense que c'est une mesure efficace pour faire face à la situation pandémique dans laquelle nous nous trouvons en ce moment, estime-t-il.

Un homme en entrevue par vidéoconférence.

«Personne n'aime revenir en arrière et mettre en place ce genre de mesures. Mais rétablir le port du masque est la chose la plus simple que nous puissions faire en tant que communauté » selon Mark Fisher, conseiller scolaire de l'OCDSB.

Photo : Capture d'écran

Plusieurs parents de l'OCDSB sont d'accord avec lui.

Steven Cooke a décidé de retirer ses trois enfants de l'école, vendredi. Le retour du port du masque dans les écoles rendrait sa famille plus à l'aise, dit-il.

Il fait tout simplement trop chaud en ce moment. La COVID tourbillonne autour de nous. Il y a donc le côté sécuritaire des choses. Mais ce n'est pas non plus un environnement d'apprentissage efficace actuellement, explique M. Cooke.

C'est très perturbant, avec beaucoup d'enseignants suppléants, des cours annulés et des élèves réunis et parfois regroupés avec d’autres classes.

M. Cooke se considère chanceux que sa femme et lui soient éducateurs, ce qui leur permet de continuer à enseigner à leurs enfants.

C’est le moment d’avoir plus de protection. Et j'utilise le mot protection de manière très stratégique. Il ne s'agit pas de restrictions, insiste-t-il.

Un homme avec des enfants fait un égoportrait.

Steven Cooke a décidé de garder ses enfants à la maison alors que la sixième vague de COVID-19 fait rage.

Photo : Gracieuseté Steven Cooke

Mère de quatre enfants, Christine Moulaison partage également cet avis. Selon elle, ce serait un énorme soulagement de voir l’obligation du port du masque rétablie dans les écoles. Plusieurs des cours de ses enfants ont été annulés récemment en raison d'un manque de personnel, raconte-t-elle.

Mes trois plus jeunes viennent de recevoir leur deuxième vaccin. Ma fille est immunodéprimée. C'est donc un énorme problème, explique Mme Moulaison.

C’est vraiment regrettable que le conseil scolaire n'ait pas voulu intervenir pour devenir un leader, ici, dès le début, afin de s'assurer que ce problème ne resurgisse plus.

Une 6e vague assez sérieuse

Les règles entourant le port du masque auraient dû être les dernières à disparaître, selon Raywat Deonandan, épidémiologiste et professeur agrégé à la faculté des sciences de la santé de l'Université d'Ottawa.

Le risque n'est pas partagé de la même manière au sein de la population, analyse M. Deonandan. [Nous avons besoin] de leaders aux niveaux municipal et provincial pour adopter des politiques qui aident à assurer la sécurité des personnes en proie à une sixième vague assez grave.

Le port d'un masque est un moyen à fort impact, à faible investissement et à faible coût qui permet de réduire le risque de COVID-19, explique-t-il. Certaines modélisations suggèrent que cette vague actuelle culminera début mai, ajoute-t-il.

Ne réagissons pas de manière excessive à l’impact de ces mesures. Il s'agit, encore une fois, d'une situation temporaire, et nous devons faire ce que nous pouvons pour protéger les enfants non vaccinés.

Susan Gardner, présidente de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l'Ontario pour Ottawa-Carleton estime également qu'il est temps que le port du masque soit rétabli.

Nous sommes très heureux que cette motion soit de nouveau apportée à la table des discussions et pensons qu'il est regrettable que les conseillers n'aient pas voté en faveur auparavant, déclare Mme Gardner.

Certains éducateurs étaient vraiment inquiets de revenir après les vacances de mars sachant que l’obligation avait été levée, rapporte-t-elle.

Les derniers règlements ontariens autour de la COVID-19 doivent être levés fin avril.

Avec les informations de Krystalle Ramlakhan, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...