•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1500 chirurgies trans depuis 3 ans au Québec

Le nombre de chirurgies trans est en forte progression depuis trois ans. Une tendance qui s’inscrit dans l’affirmation de genre, selon les experts.

Chargement de l’image

De plus en plus de chirurgies trans sont enregistrées au Québec.

Photo : Getty Images / Morsa Images

L’affirmation de genre auprès de personnes de la communauté LGBTQ2+ s’exprime chez certains par le recours à différentes chirurgies.

Selon les données obtenues par Radio-Canada à la suite d’une demande d’accès aux documents, le nombre de chirurgies trans a plus que doublé ces trois dernières années par rapport aux trois années précédentes.

De 2019 à 2021, environ 1500 chirurgies ont été enregistrées par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), par rapport à plus de 600 de 2016 à 2018.

Leur nombre pourrait atteindre les 650 pour l’année 2021-2022 en fonction des données obtenues pour les 10 premiers mois. Un sommet depuis que Québec a commencé à rembourser de telles chirurgies il y a plus de 10 ans.

Certaines chirurgies sont de nature (Nouvelle fenêtre) féminisante, d’autres de nature masculinisante.

Comme l’explique Denise Medico, professeure au Département de sexologie de l’UQAM, en cinq ans [...] une des choses qui s’est passée, c’est qu’on a beaucoup plus de demandes de personnes qui sont assignées fille à la naissance, qui vont vers des formes de masculinisation.

Cette chirurgie, quand elle est génitale, va se faire en plusieurs étapes, ajoute-t-elle.

Directrice de la Clinique de sexologie de l’UQAM, Denise Medico constate lors de consultations que la majorité n’[a] pas recours à la chirurgie génitale aujourd'hui [...] mais [va] quand même avoir recours à certaines interventions.

Chargement de l’image

Denise Medico, professeure au Département de sexologie de l’UQAM

Photo : Radio-Canada

De manière plus générale, la chercheuse affiliée à la Chaire de recherche sur la diversité des sexualités et la pluralité des genres souligne qu’il y a actuellement une plus grande visibilité des personnes trans dans la société [...] que socialement il y a un phénomène qui prend plus d’ampleur.

Notre principale hypothèse dans les milieux de recherche dans lesquels je travaille, c’est qu’il y a un meilleur accès à la communication et une plus grande visibilité, donc les personnes font leur coming out plus tôt, elles ont moins peur de le faire, explique Denise Medico.

Québec a déboursé depuis trois ans plus de 17 millions de dollars pour des chirurgies trans par rapport à 7,8 millions les trois années précédentes.

Changement de noms

La question des chirurgies trans avait fait les manchettes l’automne dernier lorsque le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, voulait en faire une exigence afin de pouvoir modifier la mention de sexe sur son acte de naissance.

Son intervention avait soulevé un tollé et le ministre avait finalement reculé.

Au micro de Tout un matin, la réalisatrice, consultante et conférencière sur la représentation trans à l'écran, Alice Bédard, avait expliqué que cette nouvelle règle forcerait ainsi les personnes trans à subir une opération d’affirmation de genre, alors que seulement le tiers le désirent réellement, selon elle.

Un total de 1500 changements de la mention du sexe ont été autorisés ces trois dernières années par le Directeur de l’état civil.

Par ailleurs, des données diffusées en juin 2021 par Statistique Canada indiquent que les différentes communautés lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, queers ou bispirituelles ou qui s'identifient à une autre identité de genre non binaire ou sexuel minoritaire (LGBTQ2+) représentent environ 4 % de la population canadienne de 15 ans ou plus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !