•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mot en n au Collège Louis-Riel : la DSFM dévoile les recommandations de deux experts

Devanture du Collège Louis-Riel.

L'utilisation du mot en n par une enseignante au Collège Louis-Riel a semé l'émoi parmi les élèves et les parents.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

La Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) a dévoilé vendredi les conclusions de deux rapports d’experts réalisés dans la foulée de l’utilisation du mot en n dans une salle de classe du Collège Louis-Riel l’automne dernier.

Le mot en n a été utilisé en classe par une enseignante, ce qui a mené à une altercation avec un élève. Les images avaient circulé sur les réseaux sociaux, ce qui a indigné les parents.

L'expert-conseil du Centre nord-américain d’évaluation de la menace et l’intervention en cas de traumatisme (NACTATR), Pat Rivard, a passé une semaine au Collège Louis-Riel en novembre.

Le conseiller du groupe Amicale de la Francophonie multiculturelle du Manitoba, Mamadou Ka, a également été embauché afin d’animer des groupes de discussion avec les élèves.

Les quatre recommandations du NACTATR

Dans un communiqué, la DSFM indique que le rapport du NACTATR présente quatre recommandations.

L’organisme demande de reconnaître que le système scolaire n’est pas à l’abri de la dynamique du racisme et d’établir une culture scolaire inclusive en impliquant autant les parents que le personnel scolaire.

De plus, le rapport recommande de mettre en place des mesures qui visent l’apprentissage professionnel axé sur la lutte contre le racisme, entre autres par le biais de la formation du personnel scolaire, et l'élaboration de directives administratives sur l’inclusion.

Les recommandations de Mamadou Ka

Mamadou Ka recommande à la DSFM d'avoir des discussions essentielles avec les élèves, de développer des règles claires sur l’utilisation du mot en n dans les écoles et de continuer de sensibiliser la communauté scolaire sur la question du racisme, mais aussi sur l'islamophobie et l'homophobie.

À moyen terme, il voudrait aussi que soit créée une Journée contre le racisme.

Mesures contre le racisme

Le 21 mars, lors de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, la Division scolaire franco-manitobaine présentait des initiatives pour contrer le racisme, en 12 points, découlant des deux rapports externes.

Parmi les mesures, la division scolaire s'engage à élaborer une directive administrative antiraciste, à réviser ses politiques administratives et à restructurer un poste de coordinateur pour gérer les dossiers portant sur l’équité, l’inclusion, l’antiracisme, l’accessibilité et la diversité.

De plus, des formations pour le personnel et les parents sont aussi évoquées dans ce plan contre le racisme, en plus de groupes de discussion avec les élèves.

Les initiatives contre le racisme de la DSFM sont publiées ici (Nouvelle fenêtre).

Le directeur du Collège Louis-Riel réagit

Le directeur du Collège Louis-Riel, Dale Normandeau, explique que même si cette annonce est similaire à celle faite au mois de mars pour l'ensemble de la DSFM, il était nécessaire de revenir sur ce cas.

Le Collège Louis-Riel a quand même subi des événements qui se prêtent au racisme. D’où l'importance de travailler avec la DSFM et l'ensemble des acteurs présents pour éradiquer le racisme , explique-t-il en entrevue à Radio-Canada.

M. Normandeau indique que des actions ont déjà été entamées avec l'association étudiante et le comité Étudiants issus des minorités et de leurs alliés (EMA).

Le directeur du Collège Louis-Riel ajoute qu'un groupe de travail sera formé pour reconnaître et éradiquer le racisme dans l'école .

Action concrète réclamée

Porte-parole pour le groupe Parents contre le racisme, Beydi Traore aimerait voir des actions concrètes et des résultats tangibles.

Encore une fois, ça va être une question de comment ça va se traduire dans le monde réel , conclut-il.

Dans son communiqué de presse, la DSFM affirme qu'elle accepte l’ensemble des recommandations des deux rapports et s’engage à consacrer les ressources nécessaires pour voir à leur réalisation.

Avec des informations d'Émile Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !