•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diving In : de déchets marins à œuvres d’art

Chargement de l’image

L'artiste de West Vancouver Cath Hugues a utilisé, entre autres, des lunettes de natation dans cette toile intitulée « Ghost Nets ».

Photo : Lyne Barnabé

Créer des œuvres d’art à partir de déchets trouvés dans les fonds marins : voilà le concept derrière le projet Diving In : the Art of Cleaning Lakes and Oceans, une exposition présentée à la bibliothèque municipale de Squamish.

Cette idée est celle d'Henry Wang, plongeur pour Divers for Cleaner Lakes and Oceans, un organisme qui, depuis 2013, a repêché plus de 17 000 kilogrammes de déchets du fond de la mer et de lacs du corridor Sea to Sky.

Henry Wang a présenté son idée de réemploi des déchets à la directrice du Conseil des arts de Squamish, Amy Liebenberg. Séduite par l'idée, elle a ensuite fait appel aux six autres conseils des arts du corridor Sea to Sky et de la rive nord de Vancouver pour mettre sur pied le projet créatif.

Ça faisait quelques années qu'on n'avait pas fait de projets ensemble et tout le monde était très enthousiaste !, s’exclame Joan Richoz, membre du conseil d’administration du Conseil des arts de Whistler.

Chargement de l’image

Joe Suave de Pemberton a utilisé un bout de pagaie et des canettes pour créer cette oeuvre intitulée « Last Chance ».

Photo : Lyne Barnabé

Au total, 11 artistes de Pemberton, Whistler, Squamish, Lion’s Bay, l’île Bowen, West Vancouver et North Vancouver ont été retenus pour représenter leur communauté respective et ainsi participer au projet de création et d'exposition de leurs oeuvres d'art.

Le but de ce projet est non seulement de transformer des déchets marins en œuvres d'art, mais aussi d'utiliser l'art comme véhicule pour parler de la pollution des eaux.

« On veut que les gens prennent conscience de ce qui se jette dans la mer et dans les lacs. Et qu'ils voient l’impact de cette pollution sur la vie marine »

— Une citation de  Joan Richoz, Conseil des arts de Whistler

Du nettoyage à la création

Le projet a débuté à l'été 2021 avec le nettoyage de lacs tels que Lost Lake à Whistler et des fonds marins de la Baie de Howe, de West Vancouver et North Vancouver.

Chargement de l’image

Une bénévole aide un membre de l'équipe de Divers for Cleaner Lakes and Oceans à nettoyer une plage de North Vancouver.

Photo : Haley Lorraine

Un groupe de bénévoles a prêté main-forte à Henry Wang et son équipe pour mettre les objets trouvés dans des sacs qu’ils ont par la suite entreposés.

« Ils ont trouvé beaucoup de canettes, de bouteilles, de lunettes de soleil, des cartouches de fusil, des appâts de pêche »

— Une citation de  Joan Richoz, Conseil des arts de Whistler

La deuxième étape du projet a eu lieu en décembre dernier lorsque les 11 artistes se sont rendus à Squamish pour récupérer un sac surprise contenant toutes sortes d'objets repêchés.

Les artistes ont pu aussi choisir d'autres déchets éparpillés sur une table au centre d'une salle du centre Cheakamus de Squamish.

Chargement de l’image

En décembre dernier, les 11 artistes impliqués dans le projet « Diving In » ont pu choisir des déchets pour la création de leurs oeuvres.

Photo : Ben Grayzel

Au cours des mois qui ont suivi, les artistes se sont mis au travail pour finalement soumettre le fruit de leur labeur à la fin mars.

Toutes ces œuvres sont aujourd’hui exposées à Squamish qui est le premier arrêt de cette exposition itinérante.

D'ici décembre, il y aura des expositions dans chacune des communautés [impliquées dans le projet], précise Joan Richoz.

Prise du jour

Lors de son passage à Squamish en décembre dernier, Cori Creed, une artiste réputée de West Vancouver, a reçu un sac contenant des cartouches de fusil et des canettes en aluminium.

Je me suis demandé si je voulais créer quelque chose de beau en cachant le matériel reçu ou quelque chose qui démontre vraiment ce qui se passe, explique Cori Creed.

Chargement de l’image

« Today's Catch » de Cori Creed

Photo : Cori Creed

Le résultat final est un mélange des deux. Cori Creed a créé Today’s Catch (prise du jour), une œuvre qui ressemble à un filet de pêche dans lequel sont empêtrés toutes sortes d'objets rappelant des créatures marines.

Elle a utilisé notamment des canettes qu’elle a découpées en rubans pour évoquer des algues ou encore des oursins de mer.

Chargement de l’image

L'artiste Cori Creed dans son studio de West Vancouver

Photo : Lyne Barnabé

C’est intéressant de créer avec des contraintes parce que ça vous pousse à créer autrement. Et c’est toujours bien d’être forcée à faire quelque chose de nouveau, confie-t-elle.

Le SOS de Monica Gewurz

La peintre Monica Gewurz de Lion’s Bay a quant à elle reçu sept kilogrammes de canettes, d'appâts et de petits plombs de pêche qu’elle a utilisés pour créer un tableau intitulé SOS (Save our Seas, Save our Sirens).

Chargement de l’image

Monica Gewurz a utilisé du plastique et des canettes pour créer sa toile intitulée « SOS ».

Photo : Monica Gewurz

Ce sac nous a été donné très mystérieusement. Chaque sac était numéroté et personne ne savait ce qu’il contenait. Et il était interdit d’échanger nos sacs avec un autre artiste, se souvient-elle avec un sourire en coin.

Sur un fond de scène tropicale à faire rêver de voyage, Monica Gewurz a ajouté deux Barbies enroulées dans du plastique et qui flottent dans une mer remplie d’objets et de détritus.

J’ai fabriqué les hippocampes à partir de plastique à usage unique, un bernard-l’hermite à partir d’un bouchon, précise-t-elle.

« Plus tu regardes le tableau, plus tu commences à voir les différentes couches. Et tu réalises que finalement, c’est assez sinistre comme paysage »

— Une citation de  Monica Gewurz, artiste
Chargement de l’image

L'artiste Monica Gewurz pose à côté de « SOS », la toile qu'elle a créée pour l'exposition.

Photo : Lyne Barnabé

Ce n'est pas la première fois que Monica Gewurz aborde le sujet de la pollution et de l'environnement dans son travail, elle qui a aussi connu une carrière en tant que scientifique.

J’utilise parfois mon art pour transmettre des messages, dit-elle. Dans le passé, j’ai utilisé des matières textiles et plastiques pour parler de notre empreinte carbone. Donc, m'impliquer dans ce projet était naturel pour moi.

Chargement de l’image

Squamish est le premier arrêt de l'exposition itinérante « Diving In ».

Photo : Lyne Barnabé

L’expérience semble avoir plu tant aux artistes qu’aux organisations impliquées.

C’est la première année qu’on fait ce projet. Peut-être que ça sera quelque chose qu’on répétera tous les deux ans, souhaite Joan Richoz.

L'exposition Diving In : the Art of Cleaning Lakes and Oceans est présentée à la bibliothèque municipale de Squamish jusqu'au 30 avril, puis sera présentée au centre d'art The Silk Purse à West Vancouver du 4 au 28 mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !