•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Danielle McCann et Marguerite Blais ne se représenteront pas aux prochaines élections

Chargement de l’image

Marguerite Blais (à gauche), ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagne le premier ministre François Legault et sa collègue ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann (à droite).

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

La ministre québécoise de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, et sa collègue responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, ne se représenteront pas aux élections de l'automne.

Radio-Canada a pu confirmer la nouvelle d'abord révélée par le Journal de Montréal tôt ce matin.

Danielle McCann a par la suite annoncé son départ dans un message publié sur son compte Twitter, regrettant d'avoir été devancée par les médias.

Expliquant qu'elle ne sollicitera pas de nouveau mandat cet automne pour se consacrer désormais à sa famille, la ministre ajoute qu'elle sera bientôt grand-mère et qu'elle compte profiter de ce moment.

Réagissant à la publication de Danielle McCann, le premier ministre François Legault a remercié la ministre sur son compte Twitter pour son implication et son dévouement.

« Ce que nous avons traversé ensemble restera toujours marqué dans ma mémoire. On a été chanceux de t’avoir eu à nos côtés pendant 4 ans! Et toutes mes félicitations à toi et ta famille! Tu seras une excellente grand-mère! »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Marguerite Blais, qui jusqu'à tout récemment affirmait vouloir solliciter un autre mandat, a finalement changé d'idée et décidé de mettre un terme à sa carrière politique à la fin de son mandat.

C'est d'ailleurs ce qu'elle a soutenu, elle aussi sur Twitter, en affirmant être revenue en politique en 2018 pour un seul mandat.

Après 15 ans, il est temps maintenant de penser à moi et à ma famille, a-t-elle ajouté, avant de remercier les citoyens de sa circonscription de Prévost.

Les dernières semaines n’ont pas été faciles pour les deux ministres qui essuient le feu de l’opposition, qui remet en question leur gestion du réseau de la santé lors de la première vague de COVID-19 qui a fait plus de 4000 morts dans les CHSLD.

Marguerite Blais et sa collègue Danielle McCann, qui était ministre de la Santé à l’époque, ont été particulièrement montrées du doigt récemment dans le cadre de l’enquête de la coroner Géhane Kamel sur les circonstances entourant la mort de 47 résidents dans des conditions d’hygiène et de soins déplorables au CHSLD Herron, de Dorval, lors de la première vague de la pandémie.

Chargement de l’image

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

L’opposition a réclamé leur démission cette semaine, après que Radio-Canada eut appris que les deux ministres étaient au courant de la désertion du personnel et des conditions critiques qui régnaient au CHSLD privé Herron une dizaine de jours avant que le quotidien The Gazette ne révèle l’hécatombe qui avait lieu dans l’établissement.

Les deux femmes ont quant à elles toujours affirmé qu'elles n'avaient pas été mises au courant de l'ampleur de la crise au CHSLD Herron avant le 10 avril 2020, date à laquelle l'article a été publié dans le quotidien anglophone.

Des révélations qui ont conduit jeudi le député libéral Pierre Arcand, ex-collègue de Marguerite Blais, à traiter cette dernière d'incompétente lors des débats à l'Assemblée nationale. Des propos lourds de sens qui ont blessé Mme Blais, qui a déploré hier d'avoir été traitée de la sorte par ses collègues de l'Assemblée nationale. Se disant fatiguée des quolibets, la ministre a dit avoir l'impression qu'on cherche davantage un coupable qu'à comprendre ce qui s'est passé.

Je vais avoir 72 ans, si je pensais sincèrement que j'étais dans le tort, est-ce que je me ferais bombarder comme ça, a demandé Marguerite Blais, visiblement ébranlée à sa sortie du Salon bleu. Les députés devraient être un peu plus civilisés en Chambre. Il y a des mots qui nous touchent, on est des êtres humains.

Marguerite Blais et Danielle McCann se sont toujours défendues d’avoir négligé l’ampleur de la situation dans les CHSLD, expliquant que les autorités, alors en pleine crise, ont tenté de protéger d'abord les hôpitaux, dans la mesure où le personnel des CHSLD était censé savoir comment gérer des éclosions de maladies contagieuses.

Danielle McCann, de son côté, soutient que les CIUSSS et les coordonnateurs de sécurité civile des établissements du réseau de la santé avaient été prévenus par son ministère dès la fin janvier 2020 de la contagiosité de la COVID-19 et de mettre en place des mesures sanitaires en conséquence dans leurs établissements.

Chargement de l’image

Danielle McCann est députée de Sanguinet depuis 2018.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le gouvernement, qui en savait alors très peu sur la maladie, n'avait visiblement pas prévu que le coronavirus ferait de pareils dégâts dans les centres de soins de longue durée. En janvier dernier, Marguerite Blais avait d'ailleurs expliqué à la coroner Kamel que de janvier à mars 2020, les risques liés à la COVID-19 étaient considérés comme étant faibles pour les Canadiens, par l’Agence de santé publique du Canada et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des départs opportuns, selon l'opposition

Au Parti québécois, le député Joël Arseneau estime que le départ des deux ministres constitue une reconnaissance de facto qu’elles n’ont pas joué leur rôle pendant la crise. Pour M. Arseneau, le moment choisi pour annoncer leur départ sert bien le gouvernement désireux de faire baisser la pression après une semaine particulièrement difficile.

C'est un indice qu'on tente de faire du "damage control", qu'on essaie de limiter les dégâts, mais c'est un indice en fait qu'on reconnaît la responsabilité ministérielle qui n'a pas été assumée correctement, a-t-il ajouté.

Au Parti libéral du Québec (PLQ), la députée Marie-Claude Nichols a dénoncé une diversion du gouvernement, alors qu’à Québec solidaire, le député Andrès Fontecilla estime que le départ des deux ministres devenues un boulet pour le gouvernement à l’approche des élections était écrit dans le ciel.

Les trois partis réclament une enquête publique indépendante sur la gestion de la crise dans les CHSLD.

Aujourd'hui âgée de 69 ans, Danielle McCann a été élue en 2018 dans la circonscription de Sanguinet avant d'être nommée ministre de la Santé dans le premier gouvernement de François Legault. Aux commandes de la Santé jusqu'en juin 2020, Mme McCann a été mutée à l'Éducation supérieure, où elle devrait terminer son mandat qui prendra fin aux élections provinciales d'octobre.

Marguerite Blais, qui est en politique depuis une quinzaine d'années, a d'abord été députée de Saint-Henri de 2005 à 2015 sous le gouvernement libéral de Jean Charest, où elle occupait le poste de ministre des Aînés. Elle démissionnera en 2015 sous le gouvernement de Philippe Couillard.

Mme Blais reviendra en politique en 2018 en remportant la circonscription de Prévost, sous la bannière de la CAQ cette fois. François Legault en fera sa ministre responsable des Aînés et des Proches aidants en octobre 2018. Des ennuis de santé l'avaient contrainte à prendre six semaines de congés à l'automne dernier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !