•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La N.-É. ne prévoit pas redémarrer le programme de congés de maladie payés

Jill Balser, le 12 octobre 2021 à la législature provinciale à Halifax.

Jill Balser est députée de Digby-Annapolis et ministre du Travail, des Compétences et de l'Immigration en Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Robert Short

Radio-Canada

Bien que les cas de COVID-19 en Nouvelle-Écosse soient en augmentation, la ministre du Travail de la province n'a pas l’intention pour le moment de rétablir un programme de congés de maladie payés.

Jill Balser dit que le programme provincial, qui s'est terminé la semaine dernière, était destiné à servir de pont pour les personnes touchées par COVID-19 qui n'étaient pas admissibles au programme d'aide fédéral, qui couvre une période plus longue.

Les conservateurs ont relancé le programme provincial en janvier, à cause du variant Omicron qui a provoqué une augmentation du nombre de cas, mais Jill Balser dit que l'aide n'est plus aussi nécessaire.

Les Néo-Écossais avaient besoin de plus de jour de congé, alors ils étaient éligibles au programme fédéral au lieu du nôtre, explique la ministre.

Le programme provincial offrait jusqu'à quatre jours de maladie payés aux personnes qui avaient manqué moins de la moitié de leur semaine de travail en raison de la COVID-19. Les jours n'ont pas à être utilisés consécutivement.

Quiconque devait s'absenter plus de temps que cela a été dirigé vers la prestation fédérale de maladie de la relance économique, qui reste en place pour le moment.

Le député s'adresse aux journalistes.

Gary Burrill est le chef du NPD de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Michael Gorman

Le chef du NPD de la Nouvelle-Écosse, Gary Burrill, dit que ce serait logique que le programme provincial reste en place, d'autant plus que le gouvernement mène une campagne promotionnelle encourageant les gens à reprendre une activité normale.

Alors que la plupart des restrictions de santé publique ont été levées le mois dernier, des responsables gouvernementaux y compris le premier ministre et le ministre de la Santé ont noté qu'il y avait beaucoup de COVID-19 dans la province et ont exhorté les gens à suivre les conseils de santé publique.

Dans le contexte d'un programme de congés de maladie payés, il est tout à fait logique de dire: Vous vous sentez bien aujourd'hui, prenez les bonnes précautions nécessaires et continuez votre vie , dit-il.

Mais quand il n'y a pas de programme de congés de maladie payés, et quand les gens vont avoir une pénalité financière pour faire la chose responsable quand ils ont des symptômes, alors certains vont retourner travailler même malade.

Le NPD a présenté à l'Assemblée législative un projet de loi qui permettrait à tous les travailleurs d'accumuler jusqu'à 10 jours de maladie payés par an en fonction de leur temps de travail.

femme devant affiches électorales

Kendra Coombes est la députée néo-démocrate dans la circonscription de Cap-Breton.

Photo : Radio-Canada / CBC

La députée néo-démocrate Kendra Coombes croit que le problème va au-delà de la COVID-19, et que la pandémie a montré que les personnes qui ont accès à des jours de maladies payés ne les utilisent qu'en cas de besoin.

Les gens ne devraient pas avoir à aller travailler quand ils sont malades, et ils ne devraient certainement pas avoir à choisir entre aller travailler malades et nourrir leur famille, garder un toit au-dessus de leur tête et payer les factures, dit-elle.

La ministre Jill Balser croit que si le programme de congés de maladie payés devait être relancé, il serait basé sur des facteurs tels que les taux de vaccination, l'épidémiologie et la consultation avec la santé publique.

Elle rappelle que les gens ont droit à trois jours de maladie non payés en vertu du Code des normes du travail.

La ministre a aussi récemment assisté à des rencontres avec ses homologues fédéraux et provinciaux où le sujet des congés de maladie payés a été abordé. Certaines provinces favorisent leurs propres programmes tandis que d'autres s’appuient sur le programme fédéral. La ministre n'a pas précisé si elle avait une préférence.

Avec les informations de Michael Gorman de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !