•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 8 M$ de dons au convoi de camionneurs toujours introuvables

Une partie de l'argent amassé est bloquée, une autre a été restituée aux donateurs ou dépensée, mais une autre partie n'a pas été encore comptabilisée

Un homme barbu et maquillé brandit différents drapeaux en criant.

La manifestation des camionneurs a duré quelque trois semaines au centre-ville d'Ottawa (archives).

Photo : Getty Images / Scott Olson

Radio-Canada

La manifestation des camionneurs a permis de recueillir près de 24 millions de dollars au cours de ses trois semaines d'occupation du centre-ville d’Ottawa, et des documents déposés devant les tribunaux montrent comment les organisateurs de la manifestation ont dépensé cet argent et combien il reste non dépensé ou non comptabilisé.

Un rapport déposé par KSV Restructuring Inc., l'agent tiers chargé de superviser la récupération de l'argent, montre qu'il détient un peu moins de 2 millions de dollars sur les quelque 24 millions de dollars recueillis par diverses campagnes de soutien à l'occupation du centre-ville d'Ottawa pendant des semaines.

La majeure partie de l'argent sous séquestre provient de Tamara Lich, la chef du convoi qui a eu accès à la majorité de cette somme grâce à son rôle dans l'organisation de la manifestation, pour laquelle elle a depuis été inculpée. La campagne de sociofinancement qu'elle a dirigée a permis de recueillir près de 10,1 millions de dollars auprès de 120 000 donateurs avant que les dons ne soient suspendus.

Des manifestants sur un trottoir, de dos, avec des drapeaux du Canada et du Québec.

Des images de la manifestation des camionneurs à Ottawa, le 9 février 2022

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

Le site web utilisé pour collecter cet argent, GoFundMe, a ensuite rendu la plupart de ces fonds aux donateurs d'origine à partir du 5 février, a indiqué la société.

Tous les remboursements ont été effectués via notre partenaire de traitement des paiements, y compris tous les frais de traitement des transactions et les pourboires, et ces fonds ont été restitués aux donateurs dans les jours suivants, a déclaré GoFundMe dans un communiqué.

Les près de 1,4 million de dollars qui restaient en possession de Mme Lich ont été transférés sous séquestre et représentent l'essentiel des plus de 1,5 million de dollars détenus par KSV Restructuring.

Où sont allés les fonds GiveSendGo?

En revanche, on ne sait pas où est allée la majeure partie de l'argent collecté via le site de sociofinancement GiveSendGo. Les collectes de fonds lancées sur le site américain ont permis de recueillir plus de 12 millions de dollars.

Des documents judiciaires récemment déposés devant la cour montrent que 4,25 millions de dollars sont détenus par une société de traitement de paiements, mais les 7,75 millions de dollars restants sont portés disparus.

Jacob Wells et Heather Wilson, cofondateurs de GiveSendGo

Jacob Wells et Heather Wilson, cofondateurs de GiveSendGo (archives)

Photo : Radio-Canada

Lors d'une comparution devant le tribunal le 9 mars, le cofondateur et directeur financier de GiveSendGo, Jacob Wells, a déclaré que les dons seraient restitués aux donateurs.

Certains donateurs du site GiveSendGo ont confirmé à CBC qu'ils avaient reçu un remboursement, tandis que d'autres ont déclaré que non.

Interrogée par CBC, la société a refusé de divulguer le montant total remboursé aux donateurs.

Deux collectes de fonds sur le site étaient chargées de collecter de l'argent pour les manifestations : la collecte de fonds Convoi de la liberté 2022 a permis d’amasser près de 12,2 millions de dollars grâce à 113 000 dons, tandis qu'une deuxième collecte de fonds Adopt a Trucker a collecté 739 308,87 dollars grâce à 8375 dons.

Plus de cryptomonnaies saisies, mais la plupart y échappent encore

Environ 419 316 $ en devises numériques ont été transférés sous séquestre entre le 7 et le 22 mars par trois répondants au recours collectif. La monnaie numérique restante, collectée dans le cadre des collectes de fonds de convoi, continue d'échapper aux autorités.

Le compte principal associé aux manifestants a permis de collecter 20,7 bitcoins, soit près de 1,1 million de dollars canadiens, mais en date du 29 mars, seuls 7,6 bitcoins, l’équivalent de 419 316 $ CA, avaient été sécurisés par l'agent fiduciaire.

Une illustration avec des jetons bitcoins, du code binaire, et une main.

Le compte principal associé aux manifestants a permis de collecter 20,7 bitcoins, soit près de 1,1 million de dollars canadiens (archives).

Photo : Getty Images / Cemile Bingol

La majeure partie de la monnaie numérique a été retirée de sa source d'origine, un des principaux organisateurs autoproclamés de la campagne publiant des vidéos de lui-même transmettant des informations d'accès directement aux partisans du convoi au centre-ville d'Ottawa.

Selon les documents judiciaires et les mouvements de bitcoins en ligne, CBC News a reconstitué un réseau partiel, mais élaboré, de transactions où de grosses sommes ont été dispersées dans des centaines de portefeuilles virtuels. On pense que les autorités suivent les mouvements de ces portefeuilles, mais l'identité de ceux qui les ont reçus reste largement inconnue du public.

Des détails sur la façon dont Tamara Lich a géré l’argent du convoi

Dans une déclaration sous serment déposée devant le tribunal, Tamara Lich reconnaît avoir été impliquée dans la création de la campagne de financement participatif pour le Convoi de la liberté sur la plateforme GoFundMe.

Elle dit avoir utilisé un compte bancaire personnel de la Banque TD, qui n'avait aucun fonds, comme compte désigné pour recueillir ceux récoltés sur GoFundMe.

Trois personnes marchent dans la rue.

Une des organisatrices de la manifestation des camionneurs à Ottawa, Tamara Lich (au centre, avec des lunettes sur la tête) (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Une adresse courriel a été créée pour accepter les dons, qui sont également allés sur un compte personnel lui appartenant. À l'époque, elle était la seule personne à avoir accès à ces dons.

Fin janvier, un comité des finances a été formé et les organisateurs de la manifestation, dont Mme Lich, ont mis en place un code de conduite du convoi de la liberté, une lettre aux capitaines et un formulaire d'inscription pour participer à la manifestation.

Le 30 janvier, les organisateurs ont cherché à rendre plus formel le convoi de la liberté en incorporant une société à but non lucratif, nommée Freedom Corp.

Lorsque GoFundMe a débloqué un million de dollars de fonds le 2 février, il l'a fait sur le compte personnel que Mme Lich a identifié pour la manifestation.

L'affidavit de Mme Lich indique que cela a été fait parce que Freedom Corp n'avait pas de compte bancaire et qu'il fallait commencer à financer ceux pour lesquels nous avons collecté ces dons.

Deux jours après lui avoir envoyé un million de dollars, GoFundMe a déclaré avoir supprimé la campagne de collecte de fonds en invoquant des violations de ses règles sur la violence et le harcèlement, tous les dons restants étant retournés directement aux donateurs individuels.

Des bidons d'essence alignés devant un camion en face du parlement d'Ottawa.

Selon Mme Lich, 13 000 $ de dons ont servi en achats de carburant (archives).

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

Mme Lich indique que le jour même où elle a reçu l'argent GoFundMe, son compte associé au convoi des camionneurs a été gelé. Elle explique que la banque n'a pas empêché l'argent d'y être déposé, mais que les fonds ne pouvaient pas en être retirés.

Quand elle avait encore accès à l'argent fourni par GoFundMe, Mme Lich précise qu'elle a effectué environ 26 000 $ en transactions.

Elle affirme avoir dépensé 13 000 $ en achats de carburant et 13 000 $ supplémentaires ont été retirés en espèces et utilisés à des fins diverses.

Avec les informations de David Fraser

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.