•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève à l’Université Sainte-Anne : le gouvernement exhorte les parties à s’entendre

Des gens rassemblés, des affiches à la main.

Les professeurs et bibliothécaires de l'Université Sainte-Anne, en grève, manifestent à Halifax le 11 mars 2022.

Photo : Radio-Canada / Kheira Morellon

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse encourage l'Université Sainte-Anne et ses professeurs et bibliothécaires à s'entendre pour mettre fin à la grève qui dure depuis plus d'un mois.

La ministre du Travail, Jill Balser, dit que son ministère a mis son médiateur principal à la disposition des deux parties. L'élue de la région de Digby souhaite que le conflit de travail se règle au plus vite pour sauver la session d'études.

Nous savons que c'est un moment incroyablement difficile pour la communauté de l'Université Sainte-Anne et la région de Clare. Nous souhaitons vraiment encourager les deux parties à retourner à la table des négociations pour y régler leur différend.

Une citation de Jill Balser, ministre du Travail de la Nouvelle-Écosse

C'est toujours l'impasse dans le conflit de travail à l'Université Sainte-Anne. La direction de l'établissement et ses employés en grève ne s'entendent pas sur les salaires, les relations de travail, l’ouverture de postes permanents et sur la charge de travail.

Le syndicat des professeurs et des bibliothécaires affirme que la partie patronale bloque tout développement dans les pourparlers en refusant un processus d'arbitrage.

Le NPD en faveur de l'arbitrage

La néo-démocrate Lisa Lachance encourage elle aussi les deux parties à s'entendre.

La députée du centre-ville d'Halifax, où se trouve le campus satellite de l'Université Sainte-Anne, exhorte la direction de l'établissement à accepter de soumettre le différend à un processus d'arbitrage comme le proposent les grévistes.

J'imagine que c'est vraiment difficile [pour les étudiants]. J'imagine qu'ils ont peur de perdre leur année d'études. J'espère qu'au cours des prochains jours, on pourra trouver une solution.

Une citation de Lisa Lachance, députée néo-démocrate de la Nouvelle-Écosse

C'est la deuxième fois depuis le début de 2022 qu'une université de la Nouvelle-Écosse est paralysée par une grève. Les cours ont été annulés pendant tout le mois de février à l'Université Acadia avant que le conflit de travail ne soit soumis à l'arbitrage.

Le coût de la vie augmente beaucoup. Ça veut dire que les coûts augmentent pour les universités, mais aussi pour les étudiants et les professeurs, fait valoir la députée Lisa Lachance. On a vu dans le [plus récent] budget que le ministère de l'Enseignement supérieur n'a pas reçu une augmentation qui est au niveau de l'inflation.

Les étudiants se sentent coincés

Le député de la circonscription acadienne de Clare, le libéral Ronnie LeBlanc, préfère ne pas intervenir dans le conflit de travail à l'Université Sainte-Anne puisqu'il a déjà fait partie du conseil des gouverneurs de l'établissement.

Les étudiants de la seule université francophone de la Nouvelle-Écosse se sentent quant à eux coincés dans ce différend qui dure depuis plus d'un mois. Je n'ai aucune information si je vais être remboursé [pour les droits de scolarité] et si je vais pouvoir terminer mon trimestre et poursuivre [mes études], déplore l'étudiant en art et éducation, Adrien B. Comeau.

L'étudiant originaire de Saulnierville appuie les demandes de ses professeurs. Il accuse la direction de l'université de manquer de flexibilité.

Avec des renseignements de l'émission Le Réveil Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.