•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Zone ferroviaire : une première étape pour mettre à jour les études du terrain

Une vue de la zone ferroviaire et de l'autogare du Havre.

Une étude de caractérisation environnementale de la zone ferroviaire de Chicoutimi devra notamment être réalisée.

Photo : Radio-Canada

Saguenay lance une première étape en vue de préparer la zone ferroviaire au centre-ville de Chicoutimi pour la construction de 1000 logements en mettant à jour les études de caractérisation environnementale du terrain.

Un appel d’offres a été lancé en mars afin de trouver une firme d’ingénieurs qui se chargera de compléter les dernières études qui ont déjà été réalisées sur le site, en 2007 et 2008.

Une étude de caractérisation environnementale, un plan de réhabilitation du sol, ainsi que des plans et devis techniques devront également être réalisés.

Le mandat de services professionnels est évalué entre 105 700 $ et près de 200 000 $.

C’est vraiment une étape préliminaire pour éventuellement, si besoin est, de faire une décontamination. C’est une première étape, a précisé Dominic Arseneau, le porte-parole de la Ville de Saguenay.

Rappelons que la mairesse de Saguenay, Julie Dufour, a promis en campagne électorale de construire 1000 logements sur la zone ferroviaire. L’engagement avait été mis en tête de liste des priorités du comité exécutif, lors de sa formation en novembre.

Au début du mois de mars, alors qu’elle dressait le bilan de ses 100 premiers jours à l’hôtel de ville, Julie Dufour avait indiqué qu’un appel de projets serait lancé au printemps 2023, après la décontamination du terrain. Les logements seraient dédiés principalement aux étudiants internationaux.

Une femme parle dans un micro, assise à une table installée dans la salle du conseil de l'hôtel de ville de Saguenay.

La mairesse de Saguenay, Julie Dufour

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

La firme d’ingénieurs retenue aura également la responsabilité d’attester l’étude soumise, ce qui revient à apposer en quelque sorte un sceau de qualité sur l’étude, en prévision de sa soumission au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, a expliqué Dominic Arseneau.

Toute intervention sur le terrain doit être autorisée par le ministère, qui prend sa décision à partir des documents soumis.

Les études antérieures réalisées sur le site, mais également sur l’autogare et le stationnement du Havre totalisent plus de 1200 pages de documentation. Les firmes intéressées ont jusqu’à jeudi pour déposer une offre.

Plusieurs projets

Au fil des ans, plusieurs idées de projets ont vu le jour pour l’ancienne zone ferroviaire, dont trois scénarios qui avaient été retenus en 2019 par un comité mis sur pied par les élus de Chicoutimi.

Un complexe résidentiel, l’aménagement d’un parc et un centre multifonctionnel incluant un aréna, une salle de spectacle et un centre des congrès faisaient partie des options présentées, à la suite d'une consultation publique, alors que Josée Néron était la mairesse de Saguenay.

Les élus de Chicoutimi avaient ensuite finalement choisi de fusionner les trois idées pour en faire un projet de 60  M$ comprenant un nouveau stationnement à étages, un amphithéâtre et trois tours à condos.

Une version revisitée du projet avait ensuite été présentée en janvier 2020, à la suite d'un mandat confié à Étienne Jacques, l'ancien grand patron de Rio Tinto en Amérique du Nord. Québec avait ensuite refusé d'accorder une subvention pour la construction de l'amphithéâtre, à la fin de l'année 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !