•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sous les tropiques, les oiseaux chanteurs prennent des couleurs

Chargement de l’image

Le percefleur masqué (Diglossa cyanea) est une espèce de passereau.

Photo : iStock

Agence France-Presse

Les naturalistes du 19e siècle l'avaient pressenti, c'est désormais prouvé : les oiseaux des tropiques sont plus colorés que leurs congénères des zones tempérées, obéissant à un schéma géographique bien spécifique qu'une étude vient de mettre au jour.

Durant leurs expéditions tropicales, les biologistes européens Charles Darwin, Alexander von Humboldt et Alfred Russel Wallace avaient décrit cette richesse si colorée de la flore et de la faune par rapport aux espèces des latitudes septentrionales.

Plus on approche des tropiques, plus augmentent la variété des structures, la grâce des formes et le mélange des couleurs, s'émerveillait ainsi le naturaliste allemand Humboldt (1769-1859), qui explora notamment la jungle amazonienne.

Depuis, plusieurs scientifiques ont suspecté l'existence d'une sorte de schéma géographique de coloration des espèces, variant en fonction de la latitude, mais sans pouvoir en apporter la preuve.

Pour confirmer l'hypothèse, des biologistes de l'université britannique de Sheffield ont étudié plus de 4500 espèces de passereaux, la plus grande famille d'oiseaux chanteurs (hirondelles, pies, alouettes, rossignols, merles, mésanges, tangaras de paradis...), bien répartis à travers le monde.

Ils ont passé au crible les plumages de spécimens adultes (mâles et femelles) issus des collections du Muséum d'histoire naturelle de Tring, en Angleterre : chacun a été pris en photo sur un fond noir, sous trois angles différents, avec et sans filtre UV.

Grâce à une méthode d'apprentissage profond (un des domaines de l'intelligence artificielle), ils ont extrait de ces séances photo 1500 pixels par plumage. Sur cette base, ils ont pu mesurer un taux de coloration de chaque espèce, puis le comparer à la localisation de l'oiseau, avec un système de scores.

Les résultats ont confirmé que plus on s'approchait de l'équateur, plus les couleurs étaient vives, et qu'elles ternissaient à mesure qu'on s'en éloignait. Une sorte de règle biogéographique, globalement valable pour les deux sexes, malgré de légères différences.

Quelle en est la cause? Plusieurs explications ont été avancées, dont celle d'Alfred Russel Wallace, qui voyait dans la luxuriante végétation des forêts tropicales un camouflage naturel permettant aux couleurs vives des oiseaux de s'épanouir toute l'année, quand leurs congénères des forêts tempérées ont dû adapter leur plumage aux arbres dénudés de l'hiver.

Une prédiction que l'étude a confirmée. Nous avons trouvé que la coloration était plus élevée chez les oiseaux en habitat dense, comme les forêts tropicales, dit à l'AFP Christopher Cooney. Autre facteur avancé : l'alimentation, puisque les oiseaux se nourrissant de fruits et de nectar, davantage présents aux latitudes tropicales, présentent des couleurs plus vives, ajoute-t-il.

Ses recherches établissent aussi une corrélation entre diversité des espèces et variété des couleurs, suggérant que cela puisse servir aux oiseaux à mieux se distinguer entre eux dans un environnement foisonnant d'espèces.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !