•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fermiers de la Saskatchewan inquiets pour la saison 2022-2023

Une moissonneuse-batteuse dans un champ en Saskatchewan.

Selon l'Association des producteurs de blé de l'Ouest canadien, les fermiers produisent de moins en moins et courent de plus grands risques (archives).

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Radio-Canada

Des fermiers de la Saskatchewan sont inquiets à cause de la hausse de l’inflation et des problèmes d'approvisionnement sur le marché mondial. Ils s'attendent à une hausse des coûts de production cette année.

Le directeur de la l'Association des producteurs de blé de l'Ouest canadien, Kenton Possberg, note une augmentation des coûts de matières premières requises pour la production agricole.

Selon lui, le prix des engrais a augmenté de 200 % à 300 % au cours de la dernière année et la hausse du prix de l’essence n’aide pas les choses.

Cette situation est encore plus préoccupante pour les producteurs agricoles à cause des sanctions imposées sur les exportations russes depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine. 

En temps normal, le Canada importe de 660 000 à 680 000 tonnes d’engrais azoté de Russie par année.

Kenton Possberg affirme que ces sanctions causent des hausses considérables du prix des engrais.

« Les fermiers vont devoir faire des coupures. Cela va changer la façon dont certains cultivent ce printemps. Ce n’est pas seulement dû à la hausse des prix de production, c'est aussi à cause de la disponibilité des matières premières. »

— Une citation de  Kenton Possberg, Association des producteurs de blé de l'Ouest canadien

Les fermiers font aussi face à d’autres problèmes

Selon Statistique Canada, la production des produits agricoles comme le blé, le canola, l’orge, les pois chiches, les lentilles et les graines de moutarde a baissé en 2021 comparativement aux trois années précédentes au Canada.

Rob Stone, un agriculteur de Davidson, en Saskatchewan, explique que son rendement de canola a été l’un des pires la saison dernière, ayant connu une baisse de 60 à 70 % par rapport à ses prévisions.

Il doit maintenant faire face à des prix qui ont triplé et quadruplé pour les principaux produits de protection des cultures, notamment les herbicides.

Le président de l’Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan, Ian Boxall, affirme que ce n’est pas seulement la hausse des prix des matières premières et des pénuries qui l’inquiète.

« La sécheresse me préoccupe beaucoup. Si on continue à avoir ces interruptions dans la chaîne d’approvisionnement, je suis vraiment inquiet de ce que nous réserve l’avenir en 2023. Comment allons-nous pouvoir acheter de l’engrais, surtout si on fait face à de la sécheresse? »

— Une citation de  Ian Boxall, président de l’Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan

Ian Boxall conseille aux fermiers de surveiller les changements du marché et de profiter dès que possible des baisses dans les prix d’engrais.

Avec les informations de Pratyush Dayal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !