•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des quotas provisoires pour les crevettiers

Bateaux de pêche aux crevettes au quai de Rivière-au-Renard.

Il s’agit d’une décision rarissime et exceptionnelle, selon Patrice Élément, représentant des pêcheurs à engins mobiles de la Gaspésie.

Photo : Radio-Canada

Contrairement à son habitude, le ministère des Pêches et des Océans (MPO) lance la pêche à la crevette sans déterminer l’ensemble du total autorisé des captures (TAC) pour de la saison.

Le MPO fixe un quota intérimaire de 9000 tonnes, soit environ la moitié de ce qui avait été autorisé l’an dernier. Il s’agit d’une décision rarissime et exceptionnelle, selon Patrice Élément, représentant des pêcheurs à engins mobiles de la Gaspésie.

Les crevettiers de l’Association des capitaines propriétaires de la Gaspésie s’attendaient à cette décision en raison des inquiétudes manifestées par les scientifiques sur l'état de la ressource lors du comité consultatif, tenu cet hiver.

L’impression qu’on a, c’est que du côté de la gestion des pêches, on jongle avec la recommandation des sciences et celle du reste des intervenants. Suite à une rencontre qu’on a eue la semaine dernière sur un autre sujet, on nous avait dit à ce moment-là que c’était une possibilité, raconte le représentant des pêcheurs à engins mobiles de la Gaspésie.

Lors du dernier comité consultatif, les scientifiques du ministère avaient fait valoir que l’approche de précaution était devenue insuffisante pour protéger la ressource.

Le stock de crevettes est parmi les plus faibles observés depuis les 30 dernières années en raison notamment du réchauffement de l'eau, de la prédation par le sébaste et de la diminution de l'oxygène dans le Saint-Laurent.

Arguant que leur pêche pesait peu en regard de la prédation du sébaste, les crevettiers ont demandé, lors des discussions tenues à l'hiver, que l’approche de précaution soit maintenue, sauf dans la zone de Sept-Îles.

Pour déterminer le total autorisé de captures (TAC) d'une ressource, le MPO applique un pourcentage de prélèvements par la pêche convenu à l'avance selon l'état des stocks.

Incertitudes

Patrice Élément rappelle que les pêcheurs ont besoin de savoir rapidement ce qu'ils pourront pêcher cette année. On souhaite une décision et une clarification le plus rapidement possible. C’est important pour les pêcheurs et les transformateurs de savoir ce qu’on va avoir à pêcher et ce qu’on va avoir à transformer. Surtout dans le contexte de l'inflation et de l’augmentation du coût du diesel.

Les crevettiers de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent sont officiellement autorisés à partir en mer depuis vendredi dernier.

Toutefois, pour la plupart des pêcheurs, la saison ne devrait débuter qu’à la fin du mois lorsque les transformateurs et les pêcheurs se seront entendus sur un prix au débarquement. Depuis plusieurs années, les départs des crevettiers s'effectuent plus tard au printemps.

Le porte-parole des crevettiers, qui est aussi responsable de l'Office des pêcheurs de crevette du Québec, ajoute que l’inflation et la hausse du carburant auront sans doute un impact sur le prix de la ressource cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !