•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape François visitera le Canada, un événement rare qui pose des défis

Chargement de l’image

Le pape François a remis un cadeau à la déléguée inuk Rosemary Lundrigan.

Photo : Vatican via Reuters

Radio-Canada

Après les excuses tant attendues du pape François aux Autochtones, une visite officielle au Canada du chef de l'Église catholique est prévue. Ce sera la quatrième fois qu'un pape foulera le sol canadien, un événement qui pose son lot de défis logistiques.

Jean-Paul II a été le premier pape à visiter le Canada, en septembre 1984. Au Québec, les foules se sont ruées pour le voir et pour l'entendre célébrer une messe au parc Jarry, à Montréal, notamment.

Jean-Paul II est revenu deux autres fois au pays, d’abord en 1987 pour rencontrer des Autochtones sur les terres de la Première Nation Déné, à Fort Simpson, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Le pape était venu, disait-il, comme un ami pour proclamer la dignité des Autochtones. Le souverain pontife avait aussi affirmé qu’il priait pour que les discussions constitutionnelles de l’époque leur soient favorables.

Il s’est ensuite rendu à Toronto pour les journées mondiales de la jeunesse en 2002.

En 2009, le pape Benoît XVI a reçu au Vatican une délégation composée de 10 personnes, dont le président de l’Assemblée des Premières Nations, Phil Fontaine.

Après avoir présenté des excuses officielles aux premières nations hier pour les atrocités commises dans les pensionnats pour autochtones, le pape François a annoncé qu'il pourrait venir au Canada bientôt visiter leurs communautés, sans préciser de date. Ce sera la quatrième fois qu'un pape foulera le sol canadien. Une visite historique qui présente son lot de défis. Le reportage de Marie-Josée Paquette-Comeau.

Lors de cette rencontre, le pape a entendu le témoignage de survivants des pensionnats pour Autochtones. Ces histoires ont touché le souverain pontife et l’ont poussé à exprimer ses regrets pour les souffrances subies par les pensionnaires.

Le pape Benoît XVI a insisté deux ou trois fois pour dire que nous devons nous réconcilier, que nous devons faire cet effort, à la fois l’Église et les Autochtones, mais surtout l’Église, a rappelé Mgr James Weisgerber, ancien président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, qui était aussi du voyage.

Chargement de l’image

Le pape Jean-Paul II a mis les pieds au Canada pour la première fois le 19 septembre 1984 (archives).

Photo : Radio-Canada

Après ses excuses officielles envers les peuples autochtones faites au Vatican vendredi, le pape François a annoncé qu'il viendra lui aussi au Canada.

On ignore à quel moment, mais tout porte à croire que l'été prochain serait propice.

Il fait un voyage pastoral, il va y avoir des messes publiques. C'est certain qu'il va aller à Kamloops ou à Marieval, il va aller dans l'Ouest, a avancé Alain Pronkin, chercheur et spécialiste des nouvelles religieuses.

Le voyage s’annonce complexe et aura lieu sous haute surveillance. Le 3 septembre 1984, quelques jours avant l'arrivée du pape Jean-Paul II à Montréal, une bombe a explosé à la gare Centrale. L’attentat visait à annuler la visite du chef de l'Église, lui qui avait été victime d’une tentative d’assassinat en 1981 à la place Saint-Pierre.

C'est sûr qu'il y en a certains qui ne l'accueilleront pas à bras ouverts, a déclaré M. Pronkin au sujet de la visite prochaine du pape François.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) sera responsable de sa sécurité, dont les coûts sont gardés secrets par mesure de sécurité

On n’a qu'à penser aux répercussions que ça pourrait avoir à travers le monde s'il y avait une bavure en sol canadien au sujet de la sécurité du pape, donc c'est certain que le Canada ne lésinera pas en ce qui a trait à la sécurité, a assuré Pierre-Yves Bourduas, un ancien sous-commissaire de la GRC.

On regarde la foule autour du pape évidemment dans un contexte qui va être chargé d'émotions, a-t-il noté. C'est un pape qui est proche du peuple, mais en même temps, ça crée un défi de taille pour les services de gardes du corps rapprochés.

Avec les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau et de Charles Le Bourgeois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !