•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le diabète complique la vie de musulmans durant le ramadan

Chargement de l’image

Les médecins préviennent les musulmans atteints de diabète de faire attention aux excès de nourriture à la levée du jeûne, durant le ramadan.

Photo : Radio-Canada / Dan McGarvey

Radio-Canada

Le jeûne qui accompagne le mois du ramadan cause des maux de tête aux musulmans atteints du diabète en les forçant à porter une attention particulière à leur taux de sucre et aux médicaments qu’ils prennent.

Des médecins soutiennent toutefois que le jeûne, qui est considéré comme l’un des cinq piliers de l’islam, reste possible pour les personnes atteintes de diabète de type 2.

Nous tentons d’attirer l’attention des médecins et des infirmières de nos communautés sur la question, explique la Dre Fauzia Moyeen, une médecin spécialisée en traitement du diabète.

On doit d’abord inciter les personnes atteintes de diabète à rester en contact avec leur médecin et leur pharmacien durant le ramadan, souligne-t-elle.

Aux difficultés à régulariser le taux de sucre dans le sang liées au jeûne, s’ajoutent les effets des possibles excès de nourriture ou de sucreries à la levée du jeûne, en soirée.

La Dre Moyeen demande aux personnes atteintes de diabète de type 2 qui souhaitent jeûner de bien évaluer les risques et d’en parler avec leur médecin avant de le faire.

Quant aux personnes atteintes de diabète de type 1, elles ne doivent même pas tenter de jeûner, précise-t-elle.

Le jeûne religieux et ses exceptions

Selon les règles de l’islam, les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes, les femmes qui allaitent, et les personnes malades sont exemptées de l’obligation de jeûner, mais pas empêchées de le faire.

Fauzia Moyeen dit qu’il est également possible de réduire ses attentes, notamment en jeûnant moins de jours ou en évitant certains types de nourriture.

 Ceux qui veulent tout de même jeûner, nous pouvons les aider, note-t-elle.

Médecin de famille, le Dr Mukarram Zaidi croit que les musulmans diabétiques devraient communiquer avec leur médecin et établir un plan de jeûne pour le ramadan.

En islam, c’est correct de ne pas jeûner si le médecin est d’accord, insiste-t-il.

Pour les personnes qui veulent tout de même jeûner, il faut entre autres passer des tests sanguins, ajoute-t-il. Il précise également que la médication peut être ajustée pour le ramadan.

Le Dr Zaidi souligne en outre que les patients atteints de diabète doivent surveiller leur apport calorique et éviter les aliments frits ou à fort indice glycémique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !