•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Livraison d’alcool permanente et vins certifiés en Nouvelle-Écosse

Le gouvernement provincial dit légiférer pour soutenir les brasseurs, distilleurs et viticulteurs locaux.

Une femme vêtue d'une chemise bleue à carreaux tient un cruchon sous le fût pour le remplir de bière dans une taverne locale.

La valeur de l'alcool pour une livraison à domicile pourra être de trois fois le prix de la nourriture commandée.

Photo : Getty Images / Ryan J. Lane

Radio-Canada

Se faire livrer de l’alcool avec une commande de nourriture continuera d’être autorisé en Nouvelle-Écosse. Le gouvernement de la province a déposé vendredi des modifications à la sa Loi sur le contrôle de l’alcool afin de confirmer la chose.

Depuis mai 2021, la livraison d’alcool par des services de livraison est permise, mais la mesure ne s’appliquait que pendant le maintien de l’état d’urgence associé à la pandémie.

L’état d’urgence a été levé en mars, et le gouvernement provincial veut maintenant rendre la mesure permanente.

Un livreur donne un reçu à une femme sur le pas de sa porte, après une livraison.

Les livreurs devront obtenir un permis de livraison.

Photo : Associated Press / Elise Amendola

Colton LeBlanc, le ministre de Service Nouvelle-Écosse et des Services internes, estime que cela offre plus d’options aux consommateurs et procure plus de revenus aux restaurateurs.

La nouvelle est bien accueillie chez Restaurants Canada, une association qui représente les restaurateurs. La mise à jour de la législation va augmenter les ventes, prédit Luc Erjavec, le vice-président de l’association dans la région atlantique.

Il y aura cependant une limite à la quantité d’alcool qui pourra être livré. Le prix des alcools pour une livraison à domicile pourra être jusqu'à trois fois le prix de la nourriture commandée.

Les employés des services de livraison qui travaillent de façon indépendante — ce qui est le cas pour les conducteurs de DoorDash et Uber Eats, par exemple — devront obtenir un permis de livraison et suivre une formation, ajoute le ministre LeBlanc.

Le gouvernement provincial augmente aussi à 3000 $ l’amende minimum qui sera imposée à quelqu’un qui fournit illégalement de l’alcool.

Transport interprovincial d'alcool

Par ailleurs, la Nouvelle-Écosse souhaite aussi faciliter le transport interprovincial de bière et de spiritueux destiné à la consommation personnelle d’un individu. La Loi sur le contrôle de l’alcool sera modifiée afin que la province se dote de règles encadrant le transport d’alcool.

De cette façon, dit-on, la Nouvelle-Écosse sera prête si, et quand, un accord national est conclu.

Selon le ministre provincial des Finances, Allan MacMaster, l’industrie de la bière, du vin et des spiritueux est solide et vibrante en Nouvelle-Écosse. La province milite depuis longtemps pour que les brasseurs, distilleurs et viticulteurs puissent étendre le marché pour leurs produits de qualité, affirme-t-il.

Un office des vins

Vendredi, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a aussi annoncé la création d’un office des vins qui sera responsable d’établir des standards de qualité pour les cépages de la province.

La nouvelle Loi sur l’office des vins de Nouvelle-Écosse donnera à cette nouvelle entité le pouvoir d’établir des certifications et de veiller à son respect.

Des chaudières remplies de raisins sont posées aux pieds des vignes. Un homme chaussé de bottes en caoutchouc et vêtu d'une chemise à carreaux récolte des grappes.

Vignoble de la vallée d'Annapolis, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Le climat de la Nouvelle-Écosse est particulièrement propice à la culture du raisin et à la production viticole. Plusieurs vins sont produits en Nouvelle-Écosse, notamment dans la vallée d’Annapolis.

La province promet que les normes seront comparables aux standards internationaux.

Inspirée par des législations similaires en Colombie-Britannique et en Ontario, le ministère de l’Agriculture affirme que la création de cet office permettra la promotion des vins de la Nouvelle-Écosse dans de nouveaux marchés, en plus d’accroître la confiance des consommateurs envers ces produits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !