•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour au bureau des fonctionnaires fédéraux : un plan qui varie selon les ministères

Un écran d’ordinateur avec le logo du gouvernement du Canada.

Certains ministères permettent déjà à leurs employés de revenir au bureau, tandis que d'autres entreprennent un processus plus graduel (archives).

Photo : Radio-Canada / Pierre-Paul Couture

Radio-Canada

Un peu plus d’un mois s’est écoulé depuis que le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) a annoncé que les ministères et organismes fédéraux pouvaient aller de l’avant avec leurs plans visant à ramener leurs employés en présentiel. Toutefois, les ministères semblent avoir une idée différente de ce que cela signifie.

L’un des principaux syndicats de la fonction publique fédérale du Canada affirme que, bien que la souplesse soit un élément important du retour graduel au travail en présentiel, des lignes directrices plus claires sont nécessaires pour éviter que cela ne devienne un chacun pour soi.

La présidente de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), Jennifer Carr, affirme qu’une telle situation, dans une optique de consultation, cela rend les choses très difficiles lorsqu’on travaille avec 46 ministères et organismes différents dans la région de la capitale nationale.

Selon Mme Carr, parmi les éléments qui pourraient être standardisés, il y a la période de préavis donnée aux employés fédéraux en vue de leur retour au bureau en présentiel. Par exemple, elle dit que certains ministères et organismes donnent un préavis de deux mois, tandis que d’autres en donnent un de quelques jours.

Par ailleurs, le nombre de jours par semaine que les employés sont censés passer au bureau varie grandement, explique Jennifer Carr. Nous avons eu des employeurs qui ont essentiellement dit : "nous vous voulons trois jours par semaine au bureau", un peu à l'aveugle, ajoute-t-elle.

Le Secrétariat du Conseil du Trésor soutient le modèle hybride

Dans une déclaration écrite, le SCT, qui est l’employeur de la fonction publique fédérale, dit appuyer la mise en place de modèles hybrides lorsque possible et qu’il tient compte des avis des experts en santé publique, ainsi que des comités de santé et de sécurité au travail.

Il n’existe pas d’approche universelle, peut-on lire dans la déclaration offerte par le SCT.

La présidente de l’IPFPC, Jennifer Carr, croit que l’éventail de politiques distinctes pourrait inciter certains employés à chercher des possibilités d’emploi dans d’autres ministères et organismes où le plan de retour au travail leur convient davantage.

Ils vont chercher ceux qui offrent le plus de souplesse, alors nous pourrions voir de grands vides dans certains ministères qui vont s’en tenir à leurs pratiques et essayer de revenir à un modèle traditionnel, avance-t-elle.

Le Conseil du Trésor, de son côté, déclare que le modèle hybride est au cœur de la planification de notre milieu de travail pour ses propres employés et que sa propre transition se fera graduellement au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Les différentes approches des ministères et organismes fédéraux

CBC a communiqué avec divers ministères et organismes fédéraux pour obtenir de l’information sur leurs plans de retour au travail des employés.

Bien que certains d’entre eux aient déjà rouvert leurs lieux de travail en présentiel aux employés qui se sentent à l’aise d’y retourner, d’autres décrivent un processus plus graduel qui se poursuivra jusqu’à l’automne avec la mise en place de modèles de travail hybrides.

  • Services publics et Approvisionnement Canada : prévoit continuer de soutenir un effectif hybride et affirme qu’il n’y a pas d’échéancier précis pour sa transition graduelle;
  • Environnement et Changement climatique Canada : les employés qui ont connu des difficultés liées au travail à distance sont de retour au bureau et que des plans sont en cours pour augmenter les taux d’occupation dans les semaines et les mois à venir;
  • Ministère des Finances du Canada : affirme avoir entamé un processus visant à permettre à certains employés de retourner au travail en février, conformément à la directive du SCT, et prévoit un passage au travail hybride à plus long terme;
  • Pêches et Océans Canada : les employés ont commencé à retourner au bureau en mars et ce retour graduel se poursuit;
  • Ministère de la Défense nationale : déclare qu’il continuera d’appuyer un modèle de travail hybride lorsque les exigences opérationnelles le permettent;
  • Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada : prévoit adopter une approche hybride au cours des prochains mois et que le processus sera guidé par les besoins opérationnels et les avis de santé publique;
  • Services aux Autochtones Canada et Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada  : les deux disent travailler vers un retour graduel au bureau en présentiel;
  • Agence du revenu du Canada : indique ne pas donner d’échéancier;
  • Transports Canada : entend dévoiler sa vision organisationnelle avec ses employés en temps opportun;
  • Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada : dans une déclaration, les deux organismes indiquent relancer leurs plans de réintégration des bureaux y compris une augmentation supplémentaire de l’occupation des lieux de travail fédéraux à compter de ce printemps au moyen de l’approche progressive;
  • Patrimoine canadien : les employés qui souhaitent retourner au travail peuvent le faire à compter du 4 avril, tout en respectant les directives de la santé publique;
  • Innovation, Sciences et Développement économique Canada : indique que sa première phase du retour en présentiel dans les bureaux se conclura d’ici le 13 avril, avec 10 % de l’occupation prépandémie des bureaux. Ses employés reçoivent un préavis de quatre semaines de leur date de retour prévue;
  • Emploi et Développement social Canada : l’organisme souligne que les employés peuvent revenir au bureau sur une base volontaire et ajoute qu’un grand nombre d’employés se rendent déjà au bureau, y compris ceux qui travaillent dans les centres de Service Canada et les centres de Services de passeport. Par ailleurs, un projet pilote lancé le 28 mars l’aidera à mettre à l’essai des équipes de travail hybrides avant la transition vers un modèle de travail flexible d’ici la fête du Travail;
  • Ministère de la Justice : affirme qu’il est possible qu’un plus grand nombre d’employés retournent au bureau en présentiel dès le début de l’été, bien qu’aucun échéancier précis n’ait été établi, et que des processus sont en place pour permettre désormais à quelques employés de retourner au bureau;
  • Ministère de la Sécurité publique : souligne que sa transition vers un cadre de travail hybride aura lieu entre le printemps et l’automne 2022.

Avec les informations de Matthew Kupfer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !