•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nicole Gladu, militante pour l’aide médicale à mourir, s’est éteinte

Plan rapproché du visage de Nicole Gladu.

Nicole Gladu souffrait de graves séquelles de la poliomyélite (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Québécoise Nicole Gladu, qui s’est longtemps battue pour faire valoir son droit à l’aide médicale à mourir, est décédée dimanche à l’âge de 76 ans.

La septuagénaire, atteinte d’une maladie dégénérative, ne s’est toutefois pas prévalue de l’aide médicale à mourir pour laquelle elle s’est tant battue et qui a reçu la sanction royale au printemps dernier.

C’est une personne qui aimait profondément la vie […] Finalement, elle a décidé d’aller jusqu’au bout, relate sa bonne amie Micheline Raymond. Elle devait sentir que la fin s’en venait éventuellement. C’est comme si elle avait décidé de savourer chaque dernier moment de vie, même si elle était souffrante, qu’elle n’était pas bien.

Mme Gladu a contracté la poliomyélite lorsqu’elle était jeune. Je suis sortie de la polio avec un demi-poumon fonctionnel. Les médecins à l’époque disaient que je n’étais pas censée vivre, médicalement parlant, racontait-elle en entrevue avec Radio-Canada en 2018.

La maladie n’avait pas dit son dernier mot, cependant. En 1992, elle reçoit un diagnostic de post-poliomyélite, état qui n’a cessé de dégrader sa masse musculaire, au point de la clouer à un fauteuil roulant dans les dernières années de sa vie.

Nicole Gladu, dans son fauteuil adapté, devant une bibliothèque.

Nicole Gladu s'est longtemps battue pour faire valoir son droit à l'aide médicale à mourir.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Même si elle était souffrante, Nicole Gladu n’avait pas droit à l’aide médicale à mourir, car sa mort n’était pas raisonnablement prévisible.

Elle et Jean Truchon, un homme aux prises avec un sévère handicap, ont donc mené une longue lutte pour obtenir l’aide médicale à mourir et abroger le critère de prévisibilité pour que d’autres personnes aux prises avec des maladies dégénératives puissent bénéficier de cette option.

[Nicole] a toujours été quelqu’un qui a foncé, et malgré toute l’énergie que ça lui demandait, elle est allée jusqu’au bout et elle a gagné, souligne avec émotion Micheline Raymond.

Je veux saluer le courage et la détermination de Nicole Gladu. Elle a fait réfléchir tout le pays sur ce que signifiait la souffrance et la dignité. Mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches, a écrit le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, sur Twitter.

Anne-Marie Dussault rencontre des personnalités qui ont fait 2019. Ce soir, Nicole Gladu raconte son combat pour obtenir l’élargissement de l’aide médicale à mourir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !