•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poutine menace de couper le gaz si l’Europe ne paye pas en roubles

Le président russe Vladimir Poutine assis à une table.

« Nous n’allons pas non plus faire de charité », a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

Photo : Getty Images / MIKHAIL KLIMENTYEV

Radio-Canada

Le président russe Vladimir Poutine a signé un décret stipulant que les pays « inamicaux » devront payer en roubles le gaz russe dès le vendredi 1er avril.

Pour acheter du gaz naturel russe, elles [les compagnies importatrices] doivent ouvrir des comptes en roubles dans des banques russes. C’est à partir de ces comptes que seront effectués les paiements pour le gaz livré à partir de demain, a déclaré le chef du Kremlin, jeudi à la télévision nationale.

Les clients, principalement européens, ne pourront donc plus payer leurs factures en euros ou en dollars, sous peine de voir les livraisons cesser, avait annoncé la semaine dernière le président russe.

Si de tels paiements ne sont pas effectués, nous considérerons cela comme un défaut de la part des acheteurs, avec toutes les conséquences qui en découlent, martèle le président russe.

Personne ne nous vend quoi que ce soit gratuitement, et nous n’allons pas non plus faire de charité – c’est-à-dire que les contrats existants seront annulés, a-t-il ajouté.

Pour M. Poutine, cette mesure était une réponse au gel de quelque 300 milliards de dollars des réserves en devises dont la Russie disposait à l'étranger, une sanction décidée par les Occidentaux en représailles à l'offensive russe en Ukraine. Et aussi une manière pour son pays de renforcer sa souveraineté.

Toutefois, Poutine semble tempérer son exigence en autorisant les paiements en dollars et en euros via une banque désignée.

L'Allemagne et l'Italie dépendent fortement du gaz russe pour répondre à leurs besoins énergétiques.

La décision de passer à une facturation en roubles doit permettre à la Russie de soutenir sa monnaie nationale, chahutée par les sanctions, mais la privera d'une source de devises.

D'ores et déjà, la Russie oblige ses exportateurs, y compris Gazprom, à convertir 80 % de leur chiffre d'affaires en roubles.

Ces mesures et un taux d'intérêt directeur à 20 % ont permis à la monnaie russe de se reprendre. Après avoir considérablement dévissé dans la foulée du début de l'offensive russe le 24 février, elle revient à des niveaux proches de ceux enregistrés avant l'assaut.

Pas de chantage, selon l'Allemagne

En réponse à la décision de la Russie de faire payer les acheteurs étrangers sur des comptes en roubles pour le gaz russe, l'Allemagne a déclaré qu'elle ne serait pas soumise au chantage de Poutine.

Il est écrit dans les contrats que les paiements se font en euros et parfois en dollars, a expliqué le chancelier allemand Olaf Scholz, lors d'une conférence de presse avec son homologue autrichien, Karl Nehammer.

J'ai dit clairement au président russe que cela resterait ainsi et les entreprises veulent pouvoir payer en euros et le feront, a-t-il ajouté.

Pour le ministre de l’Économie allemand, Robert Habeck, il est important que ce qui est écrit sur les contrats [payés en euros ou en dollars] soit respecté.

Nous ne céderons pas au chantage de Poutine, a-t-il lancé.

De son côté, réagissant à la décision de Poutine, le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé que la France et l'Allemagne se préparaient à une réduction des livraisons de gaz russe.

Il peut y avoir une situation dans laquelle […] il n’y aura plus de gaz russe, a-t-il déclaré.

Au Royaume-Uni, le premier ministre Boris Johnson a déclaré que payer en roubles n'est pas quelque chose que nous allons examiner.

Des entreprises ont aussi rejeté les demandes de la Russie.

La société énergétique néerlandaise Eneco déclare avoir un contrat à long terme avec Wingas, une filiale allemande du russe Gazprom, pour une livraison jusqu'en 2030.

Eneco s'attend à ce que son contrat actuel avec Wingas en euros soit honoré, a affirmé la compagnie.

Le gaz russe est crucial pour l'UE, qui cherche depuis le début de l'offensive de Moscou en Ukraine à se défaire de cette dépendance. Il représente environ 40 % des importations de gaz naturel de l'Union, l'Allemagne étant de loin le plus gros client.

Les 27 [pays de l'UE] veulent désormais des achats de gaz en commun et les États-Unis vont augmenter leurs livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) à l'Europe.

La menace de Poutine de fermer les robinets pourrait provoquer une flambée des prix du gaz naturel, entraîner une pénurie d'approvisionnement et causer des fermetures d'industries en Europe.

Avec les informations de Reuters, AFP BBC et AP

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !