•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université du Manitoba offre 1 M$ aux étudiants touchés par la guerre en Ukraine

Devanture d'un bâtiment de l'Université du Manitoba.

L'Université du Manitoba met sur pied des bourses d'urgence. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Université du Manitoba verse 1 million de dollars pour des bourses d’urgence afin de soutenir les étudiants touchés financièrement par la guerre en Ukraine.

Dans une lettre envoyée à la communauté universitaire, mercredi, le président de l’Université du Manitoba, Michael Benarroch, indique que ces fonds peuvent servir à payer les droits de scolarité, le logement et tous les autres frais de subsistance, si des étudiants perdent l’accès à leur source de financement.

Cela s’applique notamment au conflit en Ukraine, mais également à d’autres conflits internationaux, aux catastrophes naturelles ou à tout autre événement de la vie, précise M. Benarroch.

« Le Manitoba abrite l’une des plus grandes populations de la diaspora ukrainienne au Canada. Nous prenons au sérieux notre obligation de faire face à cette crise. »

— Une citation de  Michael Benarroch, président de l'Université du Manitoba

Ces bourses d’urgence sont offertes aux étudiants canadiens et étrangers. L’Université donne la priorité aux bourses destinées à ceux qui sont dans le besoin immédiat.

Deux hommes et trois femmes sourient en faisant un égoportrait.

Les Winnipégois Nick et Natalia Krawetz, de gauche à droite, avec leur nièce Anastasiia, la sœur de Natalia, Maryana, et son beau-frère, Valeriy, sur une photo de famille à Budapest, en Hongrie.

Photo : Soumise par Nick Krawetz

Canadien d’origine ukrainienne vivant à Winnipeg, Nick Krawetz salue l’initiative de l’Université du Manitoba, souhaitant voir d’autres universités lui emboîter le pas.

M. Krawetz avait déjà demandé aux universités du Manitoba de couvrir les droits de scolarité des étudiants ukrainiens touchés par la guerre.

Étant donné qu’ils sont isolés de leurs familles, l’accès à leurs finances est devenu difficile, ce qui compromet certainement leurs études, explique Nick Krawetz.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !