•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17 cas d’agressions sexuelles rapportés dans les taxis de Whitehorse depuis 2017

Photo d'ensemble du centre-ville de Whitehorse en hiver.

La Ville de Whitehorse entend s'assurer de la sécurité dans ses taxis après plusieurs années de plaintes.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Whitehorse déclare avoir reçu 17 rapports d’agressions sexuelles dans des taxis depuis 2017. La Ville et la GRC travaillent de concert pour répondre au problème et sécuriser le transport en taxi.

À la lumière du rapport de la Yukon Women Coalition (Coalition des femmes du Yukon), la Ville de Whitehorse a récemment pris des mesures pour répondre à l’insécurité et la violence fondée sur le genre dans les taxis. Deux sociétés de taxis ont vu leurs permis d'exploitation révoqués pour ne pas avoir répondu aux exigences et règlements en vigueur.

Certaines personnes disent qu’en faisant ça nous avons réduit le nombre de taxis disponibles en ville. Si c’est le cas, c’est le cas, mais notre priorité absolue, c’est la sécurité du public, a déclaré la mairesse de Whitehorse, Laura Cabott.

Cela nécessite un effort de la part de toute la communauté, affirme-t-elle. Dans cette démarche de sécurisation, elle dit travailler de concert avec la GRC du Yukon.

Pour poursuivre son action, la Ville annonce qu’elle va lancer une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux. Nous trouvons que c'est un médium très efficace pour partager au plus grand nombre de l’information sur ce qui se passe, sur les droits des personnes, où elles peuvent aller pour trouver de l’aide explique Laura Cabott.

Parmi les mesures, la Ville déclare que plus de rencontres vont être organisées avec les partenaires de la communauté, des changements vont être apportés aux règlements et mentionne que depuis deux ans, des patrouilles aléatoires de nuit sont organisées.

L'inspectrice Lindsay Ellis, commandante du détachement de la GRC de Whitehorse, affirme avoir examiné personnellement tous les 17 rapports d’agressions sexuelles reçus à Whitehorse depuis 2017.

« Même un seul rapport serait un de trop. »

— Une citation de  Lindsay Ellis, commandante du détachement de la GRC de Whitehorse

Elle explique que tous ont fait l’objet d'enquêtes et que trois ont abouti sur des poursuites, en précisant que parfois, c’est à la demande des victimes que les poursuites n’ont pas été lancées.

Beaucoup d’enquêtes ont commencé grâce au témoignage d’un voisin, un ami, ou même un inconnu qui a contacté la GRC pour quelqu’un d'autre, pour rapporter des faits dont ils ont eu vent et qui auraient eu lieu dans un taxi en ville, confie Lindsay Ellis. Cela nous démontre la grande implication de la communauté en matière de sécurité, la volonté de s'entraider dit-elle.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !