•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : nombre d’hospitalisations record au Bas-Saint-Laurent

Une affiche à l'entrée de l'hôpital indique les règles de temps de visites et les consignes pour les rendez-vous médicaux.

Le nombre de travailleurs de la santé en isolement en raison de la COVID-19 a lui aussi atteint un niveau record. (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent confirme qu'un niveau record d'hospitalisations en lien avec la COVID-19 a été atteint mercredi. Ce record s'établit à 37 hospitalisations, soit sept de plus que mardi.

Parmi ces personnes hospitalisées en lien avec le coronavirus, l'une d'entre elles se trouve aux soins intensifs.

Ce record d'hospitalisations survient au même moment où un nombre record d'employés du CISSS est absent du travail en raison de la COVID-19.

Un peu plus de 300 employés sont dans cette situation, dont 232 qui ont été directement infectés par le virus.

Nombre d’hospitalisations en lien avec la COVID-19

Nombre d'hospitalisations

Variation dans les dernières 24 heures

Bas-Saint-Laurent

37

+7

Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

23

+6

Côte-Nord

56

-1

Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, le docteur Sylvain Leduc, indique que ces hospitalisations font suite à une forte accélération du nombre d'infections au cours de 10 derniers jours.

Selon lui, la plupart de ces infections sont associées au variant BA.2. Une 6e vague est par ailleurs officiellement commencée au Québec.

« Rarement, on a vu le virus se transmettre aussi rapidement que ce qu'on observe présentement dans la population bas-laurentienne.  »

— Une citation de  Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

Alors, pour les gens qui ne souhaitent pas faire cette maladie parce qu'on n'est pas obligés de la faire, dans les jours qui suivent, c'est de réduire ses contacts sociaux dans la mesure où on est capables de le faire parce qu'en ce moment, dans la communauté, ce virus-là est extrêmement présent et contagieux, poursuit-il.

Le docteur Leduc dit que la situation actuelle est le résultat de cet équilibre entre le retour à une vie plus normale et ce qu'il appelle l'extrême contagiosité du variant BA.2.

Il dit comprendre la fatigue des citoyens quant à l'application des mesures sanitaires, mais le directeur de la santé publique estime que celles-ci demeurent essentielles.

Quand on a levé toutes les mesures au 12 mars ou à peu près, bien on voit que quand on mène une vie relativement normale au Bas-Saint-Laurent, aujourd'hui, c'est au moins 500 personnes qui se sont transmis le virus, seulement au Bas-Saint-Laurent. Ça montre bien que les mesures qu'on avait entreprises avaient une utilité, explique le docteur Leduc.

Une personne qui marche sur un trottoir avec un masque.

Selon le docteur Leduc, la décision quant au retrait de l'obligation du port du masque dans certains lieux publics n'est pas encore complètement prise. (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Il indique finalement que la décision au sujet de la fin du port du masque à la mi-avril n'est pas encore totalement arrêtée.

La seule certitude, selon lui, est qu'il y aura une seule mesure et qu'elle s'appliquera à l'ensemble du Québec de manière uniforme. Il n'y aura pas de mesures différentes imposées dans les régions du Québec en fonction de leurs différentes situations épidémiologiques.

Le Québec a enregistré huit décès et 47 hospitalisations supplémentaires en lien avec le coronavirus mercredi.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !