•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y aura-t-il assez d’éducatrices pour toutes les nouvelles places en garderie?

Les éducateurs à la petite enfance verront leur salaire augmenter d'ici 2023.

Les éducateurs à la petite enfance verront leur salaire plancher augmenter. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

De nombreuses personnes se réjouissent de l'annonce faite lundi de l'arrivée en Ontario de services de garde d'enfants à 10 $ par jour. Or, certains défenseurs des droits des enfants s'inquiètent de la pénurie de travailleurs dans le secteur.

En vertu de l'entente de 10,2 milliards de dollars entre l'Ontario et le gouvernement fédéral, il y aura 86 000 nouvelles places en garderie, bien que ce nombre comprenne plus de 15 000 places qui ont été créées depuis 2019.

Carolyn Ferns, coordonnatrice des politiques à la Coalition ontarienne pour de meilleurs services de garde d'enfants (OCBC), a déclaré à CBC News que le nouvel accord va faire une grande différence pour les familles, mais elle craint qu'il n'y ait pas assez de travailleurs pour occuper les nouvelles places.

Nous avons une crise de la main-d'œuvre dans le secteur des services de garde d'enfants , a-t-elle déclaré.

Il faut que [les éducateurs de la petite enfance] rejoignent le système, y restent et y fassent carrière. À l'heure actuelle, ils ne restent que trois ans en moyenne.

Le nouvel accord prévoit un salaire plancher de 18 dollars l'heure pour tous les travailleurs des services de garde d'enfants, avec des augmentations annuelles d'un dollar par an, jusqu'à 25 dollars. Mais Mme Ferns et d'autres défenseurs des droits des enfants affirment que ce n'est pas suffisant.

L'OCBC et l'Association des éducatrices et éducateurs de la petite enfance de l'Ontario (AECEO) ont publié une lettre ouverte aux gouvernements provincial et fédéral le 15 mars, demandant un salaire de départ de 25 $ l'heure pour tous les travailleurs en garderie et un salaire de départ de 30 $ l'heure pour les éducatrices de la petite enfance qualifiés.

Manque de main-d'œuvre

Sans ces augmentations de salaire, le secteur ne sera pas en mesure d'attirer et de retenir les travailleurs, a déclaré Mme Ferns.

Vous pouvez créer toutes les places que vous voulez, mais [...] sans éducatrices, [...] ce ne sont pas des services de garde d'enfants, a-t-elle déclaré.

Bien qu'il soit important d'élargir l'offre de services de garde, il est déjà difficile de doter en personnel les places actuellement disponibles, a déclaré Rachel Vickerson, directrice générale de l'AECEO, à CBC News.

Il y a cette négligence de la main-d'œuvre qui va nuire à beaucoup de gens, à beaucoup d'éducatrices et d'éducateurs de la petite enfance, mais qui, en fin de compte, va nuire à tout l'Ontario, a-t-elle dit.

Une augmentation pour 25 % des éducatrices, selon le ministre

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, a déclaré que le salaire de départ de 18 $ l'heure du nouveau pacte est en fait suffisant pour attirer et retenir davantage de travailleurs.

Nous estimons qu'environ 25 % de la main-d'œuvre en bénéficiera, a déclaré M. Lecce à l'émission Metro Morning de la radio de CBC mardi. La plupart [font déjà plus d’argent que] ce montant. Mais [la hausse créera] un équilibre.

Le ministre de l'Éducation Stephen Lecce en conférence de presse avec le premier ministre Doug Ford.

Le ministre de l'Éducation Stephen Lecce a donné une entrevue à la radio de CBC. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le ministre a déclaré qu'en plus de retenir les travailleurs, le nouveau plancher salarial permettra d'embaucher environ 14 000 éducatrices de la petite enfance de plus que ce qui sera nécessaire pour combler les 86 000 nouvelles places.

Le premier ministre Doug Ford a toutefois déclaré que les travailleurs en garderie ne sont pas assez payés lors de la conférence de presse de lundi au cours de laquelle lui et le premier ministre Justin Trudeau ont annoncé la nouvelle entente sur les services de garde.

Pour être franc, ils méritent d'être mieux payés. C'est mon opinion, a déclaré M. Ford.

Ils ont un ensemble de compétences spéciales et ils méritent d'être payés de manière appropriée et nous allons travailler aussi rapidement que possible et collaborer avec les parties prenantes.

Mme Vickerson a déclaré qu'à la lumière des commentaires de M. Ford, elle cherche à voir ce que les autres partis ont à dire sur les salaires des éducateurs de la petite enfance avant les élections provinciales du 2 juin.

Mme Ferns se dit optimiste quant au fait que les ministres, tant au niveau provincial que fédéral, reconnaissent l'importance de la main-d'œuvre. Nous devons simplement faire mieux en matière de rémunération.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !