•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6e vague de COVID-19 : la situation empire aux Îles-de-la-Madeleine

Le centre-ville de Cap-aux-Meules sous la neige

La 6e vague est belle est bien arrivée aux Îles-de-la-Madeleine et fait «tout un ravage» selon le CISSS (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Aux premières loges de la 6e vague de la pandémie de COVID-19, les Îles-de-la-Madeleine composent avec une importante augmentation du nombre de cas malgré les appels à la vigilance de la santé publique régionale.

Face à une situation sanitaire qui se détériore, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles demande la collaboration des Madelinots pour protéger les personnes vulnérables et les travailleurs de la santé.

Ce qui est difficile à gérer, c’est la quantité de personnes infectées en même temps. C'est la transmission de masse qui fait mal au réseau de la santé, explique la coordonnatrice en prévention et contrôle des infections pour le CISSS des Îles, Karina Miousse.

« Cette vague est en train de faire tout un ravage! »

— Une citation de  Karina Miousse, coordonnatrice en prévention et contrôle des infections pour le CISSS des Îles

Les absences des membres du personnel du CISSS se multiplient en raison de la maladie. En date du 29 mars, 51 personnes étaient absentes.

Le CISSS affirme réussir avec difficulté à éviter les bris de services grâce à une réorganisation et à une priorisation du travail au jour le jour, selon Karina Miousse.

Au niveau de la gestion, c’est très compliqué parce qu’on a énormément d’absences. C’est énormément de remaniement au niveau des différents services pour pouvoir continuer à donner des services à la population, explique-t-elle.

L'archipel doit aussi composer avec une hausse du nombre d'hospitalisations liées à la COVID-19, pour un total de quatre, dont une aux soins intensifs.

De plus, presque l'ensemble des milieux de vie sont touchés par des éclosions de la maladie.

Conserver les mesures sanitaires

Karina Miousse dit comprendre la fatigue de la population vis-à-vis des mesures sanitaires, surtout étant donné que la transmission a été relativement faible aux Îles jusqu’en janvier 2022.

Elle exhorte toutefois les Madelinots à ne pas baisser les bras.

Cette fois-ci, on est à contre-courant parce que les mesures sanitaires diminuent au niveau du ministère de la Santé, mais nous on est en pleine vague. Il faut continuer de mettre du sien pour essayer de soutenir le système de santé pour les quelques semaines à venir.

« Ici aux Îles, notre gros boom, on l’a présentement. C’est ça qui est difficile. »

— Une citation de  Karina Miousse

Mme Miousse insiste particulièrement sur l'importance de maintenir le port du masque et le lavage des mains.

Toute la région touchée

À l’échelle de la région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, le nombre de cas actifs et de cas confirmés ne cesse d’augmenter depuis le début du mois de mars, selon les données compilées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Les impacts de cette propagation se font maintenant sentir autant en Gaspésie qu’aux Îles-de-la-Madeleine.

Il y a un total de 17 personnes hospitalisées avec la COVID-19, dont deux aux soins intensifs, un record d’hospitalisation que le CISSS de la Gaspésie assure avoir la capacité d’absorber.

L’hôpital de Maria compte sept patients, tandis que l’hôpital de Sainte-Anne-des-Monts en compte six.

Ce dernier est d’ailleurs touché par une éclosion de COVID-19 : six cas ont été répertoriés jusqu’à maintenant.

Les absences de travailleurs se font aussi sentir pour l'organisation : en date du 28 mars, 248 des quelque 4300 employés du CISSS de la Gaspésie étaient absents en raison d’un résultat de test à la COVID-19 positif ou pour un isolement préventif.

La région affiche toujours le plus haut taux de cas actifs par tranche de 100 000 habitants au Québec, suivie par la Côte-Nord et par le Bas-Saint-Laurent.

La directeur régional de santé publique, le Dr Yv Bonnier-Viger, explique cette situation par l'arrivée du sous-variant BA.2 du variant Omicron dans la région.

Les écoles aussi touchées

La forte propagation de la COVID-19 se vit aussi par les nombreuses absences au sein des Centres de services scolaires (CSS) de la région.

Au CSS des Chic-Chocs, ce sont trois enseignants et 160 élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire qui sont absents à cause de la COVID-19.

Dans le cas du CSS René-Lévesque, ce sont 347 élèves, 22 enseignants et sept membres du personnel scolaire qui sont absents à cause de la maladie.

Le CISSS de la Gaspésie a indiqué mardi qu’une dose de rappel est disponible dès maintenant pour les personnes vulnérables âgées de 80 ans et plus.

Cette dose est offerte trois mois après la dernière dose de vaccin contre la COVID-19. La prise de rendez-vous est nécessaire.

Des équipes de vaccinateurs se rendront aussi dans les CHSLD et dans les résidences pour personnes âgées.

Aux Îles-de-la-Madeleine, la 2e dose de rappel sera offerte à partir du 5 avril aux 80 ans et plus et aux personnes immunodéprimées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !