•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de pot-de-vin à Beauport selon la CMQ : Gosselin satisfait

Le conseiller municipal Jean-François Gosselin.

Le conseiller municipal Jean-François Gosselin. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

Le conseiller municipal Jean-François Gosselin se dit satisfait que la Commission municipale du Québec (CMQ) conclue qu'il n'a pas versé de pot-de-vin à Stevens Mélançon, alors qu’ils étaient tous deux respectivement chef et conseiller municipal de Québec 21.

La Commission avait été saisie de la question au début du mois de mars. L’enquête est maintenant terminée et il n’y aura pas de suite.

Avec les éléments actuellement en notre possession, la Direction du contentieux et des enquêtes de la Commission n’a pas l’intention d’aller plus en avant dans ce dossier, affirme par écrit la conseillère stratégique de la Commission, Isabelle Rivoal.

Jean-François Gosselin affirme qu'il était essentiel de faire la lumière sur les allégations qui le visaient.

Je suis très content, parce que dans tout ça, ce qui est important pour moi, c'est de protéger ma réputation. Je peux maintenant me concentrer sur mon travail de conseiller municipal, affirme-t-il.

Échange étonnant

L’enquête a été ouverte à la suite d’un échange plutôt étonnant entre les deux élus du secteur de Beauport, le 8 mars dernier, lors d'un conseil d’arrondissement.

Vers la fin de la séance, présidée par Stevens Mélançon, Jean-François Gosselin avait voulu intervenir concernant des gens qui ont rapporté que vous auriez dit que je vous aurais offert 10 000 $ [en échange de la présidence du conseil d’arrondissement de Beauport].

Conseiller de l'opposition à la ville de Québec, Stevens Mélançon, lors d'une élocution.

Le conseiller municipal Stevens Mélançon, lors d'une élocution.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

M. Mélançon, du district de Chute-Montmorency–Seigneurial, avait alors averti Gosselin qu’il allait demander qu’on ferme son micro puisqu’il qualifiait son comportement de préjudiciable.

La Ville de Québec a transmis le dossier à la Commission municipale, afin d’aller au fond des choses et de déterminer s’il y a eu des problématiques en regard des règles d’éthique et de déontologie.

Aucun regret

Aujourd'hui, Jean-François Gosselin affirme qu'il agirait de la même façon si c'était à refaire.

Trop longtemps, comme chef de l'opposition officielle, dans le mandat précédent, j'ai enduré qu'on s'attaque à ma réputation. Pour moi, c'est fini. Quand il y a des rumeurs, je vais toujours confronter les gens publiquement, souligne-t-il.

Bruno Marchand parle derrière un lutrin.

Le maire de Québec, Bruno Marchand. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Hugo Pothier

Aller de l'avant

Maintenant que la Commission a blanchi les deux élus, le maire de Québec souhaite tourner la page.

Je fais confiance à la Commission municipale. Les preuves ne m'ont pas été présentées. Ce n'était pas à moi d'agir en juge. La Commission a décidé en fonction des preuves qui lui ont été présentées. La bonne nouvelle c'est qu'il ne semble pas y avoir eu de faute. On avance, affirme Bruno Marchand.

Jean-François Gosselin a cédé sa place comme chef de Québec 21 à Éric Ralph Mercier après les dernières élections municipales. Il est maintenant conseiller du district de Sainte-Thérèse-de-Lisieux.

Stevens Mélançon est président du conseil d’arrondissement de Beauport depuis 2017. Il siège comme indépendant.

Au municipal, les élus qui cumulent des fonctions de présidence de conseil d’arrondissement ou de membre du comité exécutif obtiennent des bonifications salariales.

Stevens Melançon n'a pas souhaité commenter ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...