•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre provinces dévoilent leur stratégie pour les petits réacteurs modulaires

Vue de la centrale Pointe Lepreau, à partir de l'eau, dans la baie de Fundy.

La centrale nucléaire de Point Lepreau, au Nouveau-Brunswick, a servi à la recherche pour développer un modèle de petit réacteur nucléaire modulaire. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Saskatchewan, l'Ontario, le Nouveau-Brunswick et l'Alberta ont publié leur plan stratégique commun, lundi à Regina, visant à développer l’industrie nucléaire au Canada par l’entremise de petits réacteurs modulaires (PRM).

Le premier PRM serait construit en Ontario et quatre suivraient en Saskatchewan entre 2034 et 2042. Selon le ministre responsable des sociétés d’État de la Saskatchewan, Don Morgan, un petit réacteur coûterait cinq milliards de dollars.

Les PRM sont beaucoup plus petits qu'un réacteur nucléaire traditionnel. Ils peuvent être construits dans une usine et transportés par camion, train ou bateau. Chaque petit réacteur modulaire peut alimenter environ 300 000 foyers, selon les signataires.

Les provinces affirment que les réacteurs constituent une source d'énergie sûre et propre pour les résidents. Elles affirment que le Canada peut devenir un leader mondial dans cette technologie.

La Saskatchewan pourrait fournir l'uranium nécessaire

La collaboration avec Ontario Power Generation a jeté des bases solides pour que l'énergie nucléaire [...] contribue à réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre du Canada afin d'atteindre la carboneutralité d'ici 2050, a expliqué le ministre Don Morgan.

Il ajoute que la Saskatchewan est bien placée pour fournir l'uranium nécessaire à l'alimentation des réacteurs. En effet, plusieurs mines de ce minerai jaune sont exploitées dans le nord de la province.

Dans le rapport préparé par les provinces, on souligne la nécessité d'un programme robuste de gestion des déchets nucléaires et d'un cadre réglementaire solide.

« La sécurité énergétique n'a jamais été aussi importante. L'énergie nucléaire, alimentée par l'uranium de la Saskatchewan, a le potentiel de garantir que notre pays dispose de la puissance nécessaire pour nous guider vers l'avenir. »

— Une citation de  Don Morgan, ministre responsable des sociétés d’État de la Saskatchewan

Pour le professeur de génie industriel de l’Université de Regina, Amr Henni, l’énergie nucléaire a ses avantages, mais aussi ses inconvénients.

Le nucléaire ne produit pas de CO2 donc c’est vraiment très avantageux. Mais tout le monde sait qu’il y a des points négatifs qui vont avec le nucléaire, dont la gestion des déchets [radioactifs], a-t-il expliqué.

Plan d'un petit réacteur modulaire.

La Saskatchewan, l'Alberta, l'Ontario et le Nouveau-Brunswick affirment que les réacteurs constituent une source d'énergie sûre et propre pour les résidents. (archives)

Photo : Source : Global First Power

Du côté du gouvernement de l’Alberta, la province encense cette technologie responsable et innovante au grand potentiel pour fournir de l'énergie sans émissions aux activités industrielles dans les régions éloignées et pour réduire davantage les émissions des sables bitumineux de l'Alberta, a affirmé la ministre albertaine de l’Énergie Sonya Savage.

Ce plan fait suite à une étude de faisabilité sur l'utilisation de la technologie pour l'énergie du Canada tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Avec les informations de Bryana Frankel et Ernst Jeudy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !