•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le milieu du soccer de la région se réjouit du succès de l’équipe canadienne

Des joueurs de soccer chantent et dansent après un match pour célébrer leur victoire.

Les joueurs du Canada célèbrent leur qualification à la Coupe du monde de 2022.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Des intervenants du milieu du soccer d'Ottawa et de Gatineau se réjouissent du succès de l’équipe nationale de soccer qui s’est qualifiée dimanche pour la Coupe du monde de 2022 au Qatar. Le Canada a remporté une victoire de 4-0 contre la Jamaïque, officialisant sa présence au grand rendez-vous du soccer mondial.

Le Canada sera parmi l’élite mondiale pour la première fois depuis 1986, au Mexique. C’est un grand moment! Tout le monde impliqué de près ou de loin dans le soccer au Canada est très très fier de cette qualification, souligne le défenseur de l’Atlético Ottawa, Maxim Tissot.

Le Gatinois a porté les couleurs du Canada 17 fois entre 2014 et 2017. Il a connu les années de vaches maigres du programme, mais croit que ces années ont servi les Canucks dans la dernière année.

Maxim Tissot saute au-dessus d'un défenseur écossais pendant un match amical entre le Canada et l'Écosse en 2017.

Maxim Tissot pendant un match amical entre le Canada et l'Écosse (archives)

Photo : Associated Press / Andrew Milligan

On parle souvent d’un nouveau Canada, mais la moitié des joueurs avec qui j’ai évolué sont encore au sein de cette équipe, raconte Tissot. C’est important d’avoir de ces joueurs qui ont connu les insuccès des dernières années. Ça forge un caractère et ça amène une expérience.

Il croit maintenant que le Canada peut passer à la prochaine étape et bien paraître lors du plus gros tournoi au monde, au Qatar l’automne prochain.

Deux joueurs célèbrent un but ensemble.

Cyle Larin (à gauche) a ouvert la marque pour le Canada face à la Jamaïque.

Photo : Reuters / CARLOS OSORIO

La première étape, c’était la qualification. Peu de personnes pensaient qu’on y arriverait, mais le groupe y croyait. Je pense qu’on peut avoir la même mentalité pour la Coupe du monde, croit le défenseur.

Peu importe le groupe, je pense que si on peut s’en sortir, ce sera un exploit, mais pourquoi pas essayer de gagner des matchs éliminatoires par la suite? Je pense que tout est possible avec le groupe de joueurs qu’on a, se permet de rêver Tissot.

Ça a changé tellement vite depuis que j’y suis passé. On disait que les États-Unis et le Mexique étaient une coche au-dessus de tout le monde. Le Canada a maintenant le meilleur bassin de joueurs, conclut Maxim Tissot. Le changement s’est fait sur une seule fenêtre de qualifications. Ça prouve à quel point le soccer grandit vite au Canada et on a de très très bons jeunes joueurs qui arrivent et apportent un surplus à l'équipe nationale. C’est le fun de le voir et de le réaliser.

Hausse de popularité et culture foot au pays

Le soccer, déjà le sport le plus pratiqué au pays depuis de nombreuses années, connaîtra sans aucun doute une hausse de popularité dans les prochains mois. Déjà, le téléphone sonne plus souvent dans des clubs de la région.

Les Canadiens prennent souvent le soccer comme un sport d’été, récréatif. On va le voir d’une autre façon. Ça s’est déjà beaucoup développé depuis 1996. Les enfants vont s’impliquer et les parents vont voir le soccer d’une autre façon, affirme Juliano Panchera, directeur sportif à l’Association de soccer de Gatineau (ASG).

Les inscriptions vont augmenter, c’est certain. On est bien content la qualification de l’équipe nationale, ça va ouvrir des portes pour le soccer au Canada, se réjouit-il.

Un entraîneur de soccer regarde la caméra pour une photo devant un terrain.

Le directeur sportif de l'Association de soccer de Gatineau, Juliano Panchera

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Le Brésilien d’origine croit que la culture foot se développera aussi davantage au pays.

Les Canadiens l’attendaient depuis longtemps. Pour nous, c’est normal la Coupe du monde. Le soccer va se développer plus vite et différemment maintenant, ajoute Panchera. Les Brésiliens voient l’avenir professionnel du soccer. Les Canadiens vont voir que c’est possible.

« Je n'ai pas les mots! Pour moi je suis vraiment content, j’ai deux équipes nationales pour profiter de cette Coupe du monde là, et je suis vraiment content pour le Canada! »

— Une citation de  Juliano Panchero, directeur sportif de l'ASG

Le responsable du programme de soccer à l’école Louis-Riel d’Ottawa, Joé Fournier, était parmi les 30 000 spectateurs au match de dimanche à Toronto. Il a lui aussi vécu un moment qu’il attendait depuis longtemps.

Le joueur fait une pirouette.

Tajon Buchanan y est allé d'une célébration aussi spectaculaire que son but, qui double l'avance du Canada!

Photo : Reuters / CARLOS OSORIO

Je me souviens avoir regardé la coupe en 1986, à CBC, en différé parce qu’on n'avait pas le câble. J’ai remercié les joueurs et les entraîneurs de nous avoir sortis de cette misère qui a duré tellement longtemps, rigole l’entraîneur et partisan de soccer.

Je ne pensais jamais vivre ça au Canada. L’ambiance à Toronto était survoltée. Une foule comme ça, ça ressemblait beaucoup à ce qu’on voit en Europe, raconte-t-il.

Selon lui, plus que la popularité du sport et la hausse à venir du nombre d’inscriptions, la qualification du Canada représente une occasion de développer encore davantage la culture de ce sport à la grandeur du pays.

Un entraîneur de soccer regarde la lentille pour une photo dans un quartier résidentiel.

Joé Fournier a eu la chance de diriger Jonathan David à l'école Louis-Riel.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Les gens parlent de foot actuellement! Les gens me demandaient si on avait gagné. Il y a un intérêt grandissant, note Fournier, qui a eu la chance de diriger l’attaquant vedette Jonathan David dans son adolescence. Ça sera la grande différence. Avant, beaucoup de gens le pratiquaient juste parce que l’été c’est ce qu’on faisait. Là, je crois qu’on va avoir un engouement pour le sport bien plus que pour la participation.

« C’est grandiose ce qu’il a accompli! C’est une fierté pour les gens d’ici. Je parlais à ses amis hier et on se demandait tous ce qui venait de se passer. »

— Une citation de  Joé Fournier, ancien entraîneur de Jonathan David
Un joueur canadien se faufile avec le ballon entre deux joueurs jamaïcains.

L'attaquant canadien Jonathan David fait une percée en territoire jamaïcain.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le Canada saura vendredi, après le tirage au sort, dans quel groupe il sera placé et quel pays il devra affronter au Qatar.

En attendant, il lui reste un match de qualification contre le Panama, mercredi. Mais, peu importe le résultat, le succès est maintenant déjà garanti.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !