•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crabe des neiges : des confrontations entre des pêcheurs et un ministre à T.-N.-L.

Des pêcheurs tenant des affiches et des drapeaux écoutent le discours du ministre.

Des pêcheurs écoutent le discours du ministre provincial des Pêches, Derrick Bragg, devant l'édifice de la Confédération, à Saint-Jean, lundi.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le ministre des Pêches de Terre-Neuve-et-Labrador, Derrick Bragg, a croisé le fer avec des crabiers, lundi, sur les marches de l’édifice de la Confédération, à Saint-Jean.

Dans une série d’échanges rappelant les confrontations suivant le moratoire sur la pêche à la morue, les pêcheurs ont dénoncé le processus inéquitable utilisé pour établir le prix du crabe des neiges et l’inaction gouvernementale face au quasi-monopole du secteur de transformation par une poignée de compagnies.

Nous voulons un système équitable pour établir les prix, et pour y arriver il faut aussi renforcer la concurrence et assurer la transparence du processus, affirme Keith Sullivan, président du FFAW-Unifor, syndicat provincial des pêcheurs.

Des pêcheurs manifestent à Saint-Jean.

Quelque 300 pêcheurs se sont rassemblés devant l'édifice de la Confédération, à Saint-Jean, T.-N.-L., lundi.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Depuis 2006, un panel composé de trois experts établit le prix payé aux pêcheurs pour les prises de plusieurs pêches. Avant de trancher, le comité étudie les soumissions du syndicat des pêcheurs et de l’Association provinciale des transformateurs des produits de la mer (ASP).

Les trois experts doivent être indépendants, en principe, et la récente nomination de l’ancien président du FFAW-Unifor, Earl McCurdy, suscite l’ire des transformateurs.

Le président de l’ASP, Derek Butler, appelle M. McCurdy son ennemi juré et un homme incapable d’agir de façon impartielle, alors que le syndicat le qualifie de défenseur des pêcheurs.

C’est une chicane inutile et mesquine, affirme Keith Sullivan, en soulignant que la pêche au crabe sera lancée dans quelques jours et que l’ASP bloque la finalisation des prix en demandant le renvoi de M. McCurdy.

Derek Butler croit que si le processus de sélection pour Earl McCurdy avait été plus rigoureux, l’impasse actuelle n'aurait pas eu lieu.

Des oligarques canadiens

Lundi, les protestataires ont dénoncé les efforts des transformateurs, qualifiées d'oligarques canadiens, mais ont aussi dressé la liste de plusieurs autres demandes au ministre Bragg, qui s’est adressé à une foule bruyante.

Les pêcheurs demandent notamment :

  • L’octroi de permis de transformation à de nouveaux transformateurs;
  • Une loi pour plafonner la croissance de cinq compagnies : Royal Greenland, Ocean Choice International, Barry Group, Beothic Fish Processors et Quinland Brothers;
  • La répression du contrôle illégal des permis de pêche côtière par les transformateurs.

Selon le syndicat, ces cinq sociétés représentent entre 80 % et 90 % de la capacité de transformation de la province. Derek Butler rejette ces surestimations et soutient que dans le passé le syndicat disait que l’industrie de transformation était trop fracturée.

La concentration qu’on a, qui n’est pas trop élevée à l'heure actuelle, nous permet d’être plus fort vis-à-vis le marché pour nous assurer de bien payer les pêcheurs.

Keith Sullivan.

Keith Sullivan, président du FFAW-Unifor, le syndicat des pêcheurs de Terre-Neuve-et-Labrador

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Aucune intention de légiférer

Le ministre Bragg indique qu’il n’a aucune intention de légiférer pour limiter les activités des transformateurs. Il indique qu'il veut permettre au comité de poursuivre son travail de manière indépendante.

J’aime bien voir la solidarité des pêcheurs. Mais nous avons ces mêmes problèmes chaque année, affirme-t-il, en notant que la province n’avait d'autre choix que d’établir le comité indépendant. Les négociations entre le syndicat et l’ASP sont devenus trop acrimonieuses, rappelle-t-il.

Derrick Bragg livre un discours.

Derrick Bragg, ministre des Pêches de Terre-Neuve-et-Labrador, s'adresse à la foule.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le ministre responsable du Travail, Bernard Davis, se dit pourtant ouvert à réviser les règlements encadrant le comité responsable des prix après la saison 2022.

L’an dernier, la pêche au crabe des neiges au large de Terre-Neuve a été évalué à 612 millions de dollars. En raison de l’interdiction actuelle des produits russe et la diminution massive des quotas en Alaska, Keith Sullivan soutient que la saison 2022 pourrait représenter des revenus historiques pour les pêcheurs.

On pourrait bien avoir une année historique pour l’industrie, si les décisions de l’ASP et de la province ne nuisent pas à nos efforts, estime-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !