•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa lance les négociations finales avec Lockheed Martin pour l’achat de F-35

Un avion vole à haute altitude.

Un chasseur Lockheed Martin F-35 Lightning II de l'US Air Force.

Photo : AP / Senior Airman Joseph Barron

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral annonce qu'il entamera les négociations finales pour l'achat d'avions de chasse F-35 du constructeur américain Lockheed Martin, choisi comme soumissionnaire privilégié pour remplacer sa flotte de F-18 vieillissants.

Le Canada, qui fait partie du consortium ayant financé le développement de cet avion de chasse, cherche à en acquérir 88 pour une somme maximale de 19 milliards de dollars.

Si jamais les négociations avec Lockheed Martin n'aboutissent pas, le gouvernement fédéral se réserve le droit de se tourner vers le constructeur suédois Saab, dont le chasseur Gripen est arrivé deuxième derrière le F-35 dans la compétition.

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Filomena Tassi, a fait savoir en conférence de presse lundi que le gouvernement souhaite signer un contrat d'ici la fin de l'année pour recevoir ses premiers avions en 2025.

Cet achat a été négocié de façon ouverte, transparente et rigoureuse, a assuré sa collègue à la Défense, Anita Anand, qui a évoqué la nouvelle réalité mondiale en lien avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie pour souligner la nécessité de donner aux membres de l'Aviation royale canadienne les outils dont ils ont besoin.

« Une nouvelle flotte d’avions de chasse est essentielle pour la sécurité, la souveraineté et la capacité du Canada à se défendre. »

— Une citation de  Anita Anand, ministre de la Défense du Canada
Le F-35 Lightning II vu de face.

Le F-35 Lightning II vu de face.

Photo : CBC / Mike Hillman

Le Canada possède l’un des plus grands espaces aériens au monde et nous devons nous assurer que notre prochaine flotte d’avions de chasse est flexible, agile et capable de répondre à un large éventail de menaces, a expliqué la ministre de la Défense pour justifier cet important investissement militaire. Le plus important fait à l'Aviation royale canadienne depuis 30 ans

Selon la ministre, à chaque étape du processus, les soumissionnaires, dont SAAB et Lockheed Martin étaient les deux finalistes, ont dû prouver que la conception de leur appareil peut répondre aux besoins du Canada, y compris la capacité d'évoluer efficacement dans les conditions météorologiques rudes du Nord canadien.

Six des sept étapes du processus de sélection étant désormais remplies, Ottawa espère être en mesure de signer un contrat cette année.

Des travaux d'adaptation seront aussi effectués sur les bases de Cold Lake (Alberta) et de Bagotville (Québec) en vue d'accueillir les nouveaux appareils, dont les premiers doivent être livrés dans trois ans.

Ces investissements, qui prévoient également la formation des pilotes et du personnel ainsi que l'entretien des appareils, permettront de créer ou de maintenir plus de 900 emplois au pays, selon Anita Anand.

Dix ans de saga

C'est le gouvernement conservateur de Stephen Harper qui avait lancé le processus de remplacement des F-18 de l'armée canadienne en 2010. À l'époque, il souhaitait acquérir 65 chasseurs auprès de Lockheed Martin pour une somme de 9 milliards.

En avril 2012, dans un rapport accablant, le vérificateur général du Canada concluait que le projet d'acquisition des chasseurs F-35 était en plein dérapage. Michael Ferguson reprochait au gouvernement Harper et à la Défense nationale d'avoir sous-estimé les coûts d'acquisition des appareils.

Justin Trudeau, de son côté, s'était fait élire en 2015 en promettant de ne pas acheter le F-35 au constructeur américain, jugé trop cher.

Un CF-18 Super Hornet du constructeur américain Boeing lors d'un exercice de vol de l'armée américaine

Un chasseur F-18 Super Hornet du constructeur américain Boeing.

Photo : Associated Press / Aijaz Rahi

En attendant la mise en place d'un nouveau processus de sélection, Ottawa avait prévu d’acheter 18 chasseurs Super Hornet au constructeur Boeing, sans appel d'offres.

Mais Ottawa avait fait marche arrière et annulé la commande en 2017 lorsque Boeing a porté plainte contre le constructeur canadien Bombardier auprès du département du Commerce américain, qui a imposé des tarifs punitifs de 300 % sur les avions de la C Series.

Le gouvernement Trudeau avait alors annoncé l’achat de 18 chasseurs F-18 usagés à l’Australie, au coût de 500 millions de dollars, pour combler ses besoins en attendant la livraison de ses nouveaux chasseurs.

Il avait finalement relancé en 2019 l'appel d'offres pour l'achat de 88 nouveaux chasseurs neufs devant être livrés d’ici 2025 à l'Aviation royale canadienne. Un concours qui était notamment ouvert au F-18 Super Hornet ainsi qu'au F35.

La flotte actuelle de CF-18 du Canada compte plus de 40 années de service.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...