•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario conclut une entente avec Ottawa pour les garderies à 10 $ par jour

Selon un haut responsable au sein du gouvernement Trudeau, l’entente prévoit la création de 86 000 nouvelles places en garderie d’ici 2026.

Le premier ministre Justin Trudeau était en compagnie de Doug Ford vendredi.

L’Ontario conclut une entente de 10,2 milliards sur cinq ans avec Ottawa pour les garderies à 10 $ par jour.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

L’Ontario a signé une entente avec Ottawa pour le programme national de garderies, confient des sources gouvernementales proches des négociations.

Selon des sources provinciales et fédérale, Ottawa prévoit verser 10,2 milliards de dollars à l’Ontario sur cinq ans pour la création de places en garderie à 10 $ par jour en moyenne.

Il s’agit essentiellement de la même entente proposée depuis l’été dernier, d'après un haut responsable au sein du gouvernement Trudeau. La province n’obtiendrait donc pas l’argent supplémentaire qu’elle réclamait dans le cadre de cet accord.

Cette entente prévoit la création de 86 000 nouvelles places en garderie d’ici fin 2025. Une portion significative devra être fournie par des services de garde à but non lucratif.

Une petite fille regarde un livre d'animaux.

Les parents ontariens paient les frais de garderie les plus élevés au pays.

Photo : Shutterstock / CroMary

Dès le 1er avril, les frais de garde d’enfants seront réduits de 25 % en moyenne. D’ici la fin de 2022, ils seront réduits de moitié.

Le temps pressait pour l’Ontario, dernière province sans entente sur les garderies avec Ottawa. Le scrutin ontarien, prévu le 2 juin, approche lui aussi à grands pas.

L’argent était pourtant au cœur de la dispute entre les deux gouvernements.

Quand ils ont été questionnés sur la lenteur des négociations, Doug Ford et son ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, ont dit à maintes reprises qu’ils voulaient s’assurer que l’Ontario obtienne la meilleure entente possible et plus d’argent pour les familles ontariennes.

D'après deux sources au sein du gouvernement Ford, la province estime toujours que les 10,2 milliards de dollars sont insuffisants, mais elle croit tout de même avoir réussi à négocier plus de flexibilité que d’autres provinces pour ce qui est de la manière dont l’argent sera dépensé.

La même source fédérale a confirmé cette information en soutenant que l'Ontario pourra choisir de dépenser, au cours de la prochaine année fiscale, la somme allouée à la première année du programme, soit 1,1 milliard de dollars. Les réductions de 25 % qui entreront en vigueur le 1er avril pourraient donc ne pas être rétroactives au 1er janvier.

Pas d’argent supplémentaire pour le moment

En coulisses, le gouvernement Ford réclamait 40 % des 30 milliards de dollars sur cinq ans destinés à établir un système national de garderies, mais n’aurait pas obtenu, au bout du compte, cette plus grande part du gâteau dans le cadre de cet accord.

« L’Ontario va devoir expliquer pourquoi il a attendu aussi longtemps pour signer. »

— Une citation de  Un haut responsable au sein du gouvernement Trudeau

Les deux sources provinciales disent cependant que l’Ontario aurait obtenu un financement en dehors de l'entente de cinq ans pour aider la province à atteindre 10 $ par jour, mais ne donnent pas plus de détails.

Le Toronto Star a fait savoir vendredi qu’Ottawa s’était engagé à mettre au point un nouveau fonds d’infrastructures pour la création future de places supplémentaires en garderie, offert à toutes les provinces. Questionnées à ce sujet, les sources provinciales ont déclaré que des négociations à cet effet se poursuivent.

Selon notre source fédérale, il n’y a aucun engagement de notre côté pour le moment. Si un nouveau fonds d’infrastructures est créé, ce ne sera pas parce que l’Ontario aura laissé traîner les négociations des mois durant. Ce sera parce qu’on aura défini des besoins d’infrastructures.

Une des craintes principales de l'Ontario était de se retrouver avec la facture complète pour ce programme après 2026. Dans son dernier budget, le gouvernement Trudeau a cependant prévu un financement permanent pour le programme national de garderies après la cinquième année, à hauteur d'environ neuf milliards de dollars par année. La part annuelle de l'Ontario serait de 2,9 milliards de dollars, mais une entente distincte devra être conclue ultérieurement.

Restez à l'affût

Questionné dimanche lors d'un point de presse, le premier ministre Doug Ford n'a pas dévoilé de détails au sujet de l'entente, mais s'est félicité d'un bel effort de collaboration avec le gouvernement fédéral.

Doug Ford derrière un lutrin.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a été questionné au sujet des garderies lors d'un point de presse à Toronto dimanche.

Photo : Radio-Canada

« 10,2 milliards sur cinq ans ne nous permettront pas d'atteindre la cible de 10 $ par jour. Mais restez à l'affût. Nous avons une très bonne entente avec le gouvernement fédéral et nous allons l'annoncer en temps et lieu. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Une annonce officielle est prévue lundi, selon les trois sources proches du dossier.

L’Ontario se serait aussi engagé à établir un plan d’action pour garantir l’accès équitable à des places pour les Autochtones, pour les francophones et pour les familles à faible revenu en fonction de la demande et du poids démographique.

L’entente contient aussi des engagements pour recruter davantage de travailleurs en éducation à la petite enfance en augmentant leurs salaires de 1 $ l’heure par année sur une période de cinq ans. Le salaire minimum des éducatrices sera augmenté à 18 $ l’heure et celui des superviseurs à 20 $ l’heure, selon cette source.

Les parents ontariens paient les frais de garderie les plus élevés au pays. À Toronto, les frais moyens sont de 1649 $ par mois pour les poupons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !