•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une affaire criminelle de Joanne Arseneau : le « cold case » à la québécoise

Le personnage de Catherine, avec une veste rose, près d'une porte d'entrée.

«Une affaire criminelle» raconte l'histoire d'une mère se battant pour libérer son fils en prison pour un meurtre qu'il n'a prétendument pas commis.

Photo : Serge Gauvin pour Productions Sovimage / MNR Inc.

Radio-Canada

Pour sa série Une affaire criminelle, diffusée sur Crave, la scénariste Joanne Arseneau plonge dans l’univers des affaires judiciaires non élucidées, appelées « cold cases » en anglais, un thème policier qu’elle estime peu exploité au Québec.

L’aventure retrace l’histoire de Catherine (Céline Bonnier), une mère qui se bat depuis 15 ans pour faire innocenter son fils accusé d’un meurtre qu’il n’a prétendument jamais commis.

Alors qu’elle est interrogée par le Bureau des enquêtes indépendantes, son destin croise celui de l’enquêteur Benoît Bing Inglis (Louis-Philippe Dandenault), qui semble protéger un proche impliqué dans l’affaire.

Au fil de la série réalisée par Stéphane Lapointe, les deux personnages ont l’occasion de raconter leur version des faits par le biais d’une narration interposée.

« Je n’avais pas envie de raconter l’histoire de façon entièrement chronologique. J’avais donc besoin de deux personnages au cœur de l’intrigue pour pouvoir me servir de flashbacks », explique Joanne Arseneau.

La manœuvre narrative permet aussi d’apporter un tout autre niveau de suspense à la série, selon elle, puisque les protagonistes sont soupçonnés de cacher des éléments clés de l’histoire.

Ce sont des personnes qui racontent quelque chose au passé, et il y a encore quelque chose de trouble à découvrir au présent, résume la scénariste, qui a également signé les textes de la série Faits divers et du film La Loi du cochon.

L'auteure pose devant l'affiche de la série «Faits divers».

Joanne Arseneau

Photo : Radio-Canada / Lisa Marie Noël

Une femme forte comme héroïne

Dans cette nouvelle série en huit épisodes d’une heure, Joanne Arseneau ne boude pas son plaisir, à commencer par le personnage de Catherine, qu’elle décrit comme une femme ordinaire avec un parcours extraordinaire.

Une femme forte, une femme pas gênée, qui fait des choses, et qui n’est pas barrée. J’avais vraiment envie de ça, et Catherine, c’est tout à fait ça, lance-t-elle.

« J’ai souvent écrit pour des hommes dans les dernières années. Mais là, j’avais vraiment envie d’une héroïne. »

— Une citation de  Joanne Arseneau, scénariste
Céline Bonnier derrière une fenêtre dans la série «Une affaire criminelle».

Céline Bonnier aimerait être plus à l'image de la femme qu'elle interprète dans «Une affaire criminelle». Être plus libre dans sa façon d'exister par exemple, même si elle se retrouve en partie dans ces personnages.

Photo : Serge Gauvin pour Productions Sovimage / MNR Inc.

La scénariste offre aussi certains moments cocasses au public, nichés dans une histoire autrement assez sombre. Elle avoue toutefois avoir écrit un récit plus noir que ce qu’elle prévoyait initialement.

Catherine, c’est quand même une femme qui se bat. [...] C’est difficile d’aller dans l’humour sans perdre de la qualité et de l’intensité de son propre drame, raconte Joanne Arseneau.

Anthologie

Si tenace soit-il, le personnage de Catherine ne sera toutefois pas de retour dans la deuxième saison d’Une affaire criminelle si la série est renouvelée.

Chaque saison aura sa propre histoire, à la manière d’une anthologie, explique Joanne Arseneau. Le seul point commun entre les saisons sera la formule narrative, qui proposera toujours un enquêteur ou une enquêteuse ainsi qu’un second personnage bien au fait d’une vieille affaire criminelle.

Un policier avec un dossier dans les mains.

Dans la première saison, l'enquêteur «Bing» est amoureux de Catherine.

Photo : Serge Gauvin pour Productions Sovimage / MNR Inc.

« Je trouve ça le fun, parce que c’est un beau format, et c’est huit heures. Je peux creuser le cold case, ce qui n’est pas quelque chose qui s’est fait beaucoup au Québec », dit la scénariste.

Les quatre premiers épisodes de la série Une affaire criminelle sont disponibles depuis le 23 mars sur Crave. La série est produite par Sophie Deschênes, des Productions Sovimage.

Ce texte a été écrit à partir d'une entrevue réalisée par René Homier-Roy, animateur de l'émission Culture Club. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté et de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...