•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tendance à la hausse du nombre de cas de COVID-19 au Québec

Assis à une table, Luc Boileau s’adresse aux médias.

Le Dr Luc Boileau, directeur national par intérim de la santé publique du Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Sans surprise, le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, a confirmé dimanche une tendance à la hausse du nombre d’infections et d'hospitalisations en rapport avec la COVID-19.

C’était attendu. On voit une augmentation [du nombre] de cas dans la population et, d’une façon spécifique, chez les travailleurs de la santé, a lancé d’emblée le Dr Boileau en conférence de presse.

« En moins d’une semaine, [nous avons recensé] autour de 60 % de congés de plus en lien avec la COVID [et] 8600 travailleurs de la santé absents en majorité en lien avec la COVID-19. »

— Une citation de  Le docteur Luc Boileau, directeur national de la santé publique par intérim

Le nombre d'hospitalisations augmente également dans plusieurs régions, a ajouté le Dr Boileau. Mais la région de Montréal, a-t-il dit, semble moins touchée pour l’instant. Pour ce qui est de la transmission, le virus se répand partout au Québec.

La province compte un total de 1088 hospitalisations à cause de la COVID-19, une hausse de 40 patients par rapport à samedi.

Selon les données les plus récentes de l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux, si la tendance se maintient, une hausse du nombre d'hospitalisations pourrait survenir, a précisé le directeur de la santé publique.

Appel à la vigilance

Les taux de positivité aux tests effectués sont eux aussi à la hausse, mais on ne peut pas confirmer pour l’instant qu’il s’agit véritablement d’une sixième vague, a-t-il fait remarquer tout en appelant à la vigilance.

« Les personnes vulnérables, que ce soit en raison de leur âge ou en raison de leur immunosuppression notamment, sont particulièrement à risque de complications et doivent être encore plus vigilantes. »

— Une citation de  Le docteur Luc Boileau, directeur national de la santé publique par intérim

Une campagne de rappel pour une quatrième dose de vaccin débutera mardi pour les personnes les plus vulnérables, soit celles qui vivent dans un CHSLD ou dans une résidence pour aînés, qui sont immunosupprimées ou qui sont âgées de 80 ans et plus.

Le directeur n'a pas autorisé de campagne nationale pour l'administration d'une quatrième dose de vaccin pour tous. À ce jour, 87 % des personnes admissibles ont reçu deux doses et 53 % ont obtenu trois doses dans la province.

Le Dr Boileau a rappelé que les consignes de base sont toujours de mise. Dès l'apparition de symptômes qui s'apparentent à ceux de la COVID-19, on doit s'isoler et passer un test de dépistage rapide.

De plus, bien que la période d'isolement minimale soit de cinq jours, une personne contaminée peut demeurer contagieuse pendant 10 jours.

Si les symptômes se sont améliorés, si on n’a plus de fièvre, après cinq jours d’isolement, on peut reprendre certaines activités, mais en s’assurant de surprotéger les autres, parce qu’on est potentiellement contagieux, a insisté le Dr Boileau.

D'après une étude réalisée au Royaume-Uni (Nouvelle fenêtre), 31 % des personnes qui ont contracté la COVID-19 seraient encore contagieuses après cinq jours et 16 % le seraient toujours après sept jours. Ce n'est qu'à la dixième journée que le taux tombe sous la barre des 5 %.

Évolution de la COVID-19

Vivre avec le virus

Il n’est pas question de remettre des mesures populationnelles comme celles qu’on a déjà connues. Toutefois, il faut que chaque personne agisse de façon responsable selon sa situation, pour elle comme pour les autres, a dit le Dr Boileau.

Il a aussi affirmé qu’il n’était pas en mesure de déterminer pour le moment si le Québec est aux prises avec une sixième vague. Il a précisé suivre de près l'évolution de la situation.

Il ne s’est pas prononcé sur une prolongation du port du masque obligatoire au-delà du 15 avril au Québec.

Le Dr Boileau est revenu sur la question du sous-variant BA.2 d'Omicron, une des premières fois qu'il parle d'une possibilité de réinfection.

Beaucoup de Québécois sont vaccinés, mais cela n’empêche pas la contamination et la réinfection, surtout avec ce sous-variant BA.2, a-t-il conclu.

Au cours des derniers jours, le ministre des Transports, François Bonnardel, et le premier ministre François Legault ont annoncé avoir contracté le virus et ont été contraints à l’isolement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !