•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prêt gouvernemental de 350 000 $ pour le robot briqueteur de Réfraco

Un robot qui monte un mur de brique.

L'entreprise Réfraco a développé un robot briqueteur.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Radio-Canada

L’entreprise régionale Réfraco reçoit une aide financière remboursable de 350 000 $ de la part du gouvernement du Québec pour ses robots briqueteurs uniques au monde.

L’entreprise a mis au point son prototype de cellule robotique permettant de construire des murs de briques réfractaires au cours des dernières années. Rio Tinto l’emploie notamment dans ses installations régionales.

La ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, a annoncé l’octroi du prêt à Réfraco vendredi matin lors d'une conférence de presse tenue à l'usine Proco de la Baie.  

Le bras robotisé de Réfraco peut placer des briques pour former des murs de façon entièrement autonome. Le directeur général et commercial de la compagnie, Jean-Benoît Pineault, croit que le robot peut répondre à plusieurs besoins en milieu industriel.

Il y a de gros problèmes de pénurie de main-d'œuvre. Les conditions sont difficiles pour améliorer les conditions des travailleurs aussi. Les opportunités de production, lorsqu'on a un robot comme ça, font en sorte qu’on peut en faire plus dans un court laps de temps , a-t-il expliqué.

Pour le moment, les robots sont disponibles pour les alumineries. Celles-ci pourront donc entretenir et rénover leurs fours à cuisson pour les anodes de façon automatisée. Avec cette innovation technologique, Réfraco vise le marché international.

On a la prétention de pouvoir avoir des clients au niveau mondial. Notre souhait c'est d'accompagner des entreprises comme Réfraco à faire de l'innovation technologique et on croit fortement que c'est l'une des seules possibilités pour les entreprises de rester compétitifs , a poursuivi Jean-Benoît Pineault.

Un savoir-faire régional

La ministre Andrée Laforest a mis en relief le savoir-faire régional qui se développe grâce à des projets comme celui de Réfraco.

Aujourd'hui c'est une fenêtre régionale, mais je suis convaincue que cette fenêtre-là va s'ouvrir pour toutes les alumineries du Québec et de l'international , a déclaré la députée de Chicoutimi.

Réfraco aimerait éventuellement étendre sa technologie vers d'autres milieux, comme celui de la construction.

D'après le reportage de Béatrice Rooney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !