•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse des hospitalisations liées à la COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue

Des piétons marchent dans la neige devant l'Hôpital de Rouyn-Noranda.

Selon le bilan diffusé vendredi, trois personnes sont hospitalisées en Abitibi-Témiscamingue en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Les hospitalisations liées à la COVID-19 sont en hausse en Abitibi-Témiscamingue.

Il y a présentement 31 personnes hospitalisées dans la région. C'est le double de ce que le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS-AT) enregistrait il y a deux semaines.

Un peu plus de 40 % de ces personnes sont à l’hôpital en raison du virus, les autres sont hospitalisés pour une autre raison, mais ont contracté la maladie. 

Il y a aussi eu 9 décès supplémentaires au cours des deux dernières semaines.

Il manque présentement 150 travailleurs de la santé, isolés en raison de la COVID-19. Malgré ces chiffres, la présidente-directrice générale Caroline Roy est confiante qu'elle n'aura pas à faire du délestage de services à court terme.

Il y a trois éléments qui sont bien différents de ce qu’on avait en cours de pandémie dans les deux dernières années : on a une bonne couverture vaccinale, on a des traitements antiviraux dont le Paxlovid et évidemment, les personnes qui ont contracté la COVID récemment sont immunisés, explique-t-elle.

Caroline Roy, PDG du CISSS-AT.

Caroline Roy, PDG du CISSS-AT

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Le directeur régional de la Santé publique Dr Stéphane Trépanier rappelle tout de même aux gens de demeurer prudents.

Le fameux BA.2 qui maintenant est presque la moitié des cas au Québec. En Abitibi-Témiscamingue, c’est un peu plus difficile d’avoir les statistiques, mais on sait que ce BA.2 là est très contagieux. La bonne nouvelle, c’est que les gens sont vaccinés alors on est mieux prêts à ce genre de situation qu’on l’était si c’était arrivé il y a quelques mois, affirme-t-il.

Une 4e dose pour les personnes vulnérables

Les personnes de 80 ans et plus et les personnes immunodéprimées auront accès à une 4e dose d'un vaccin contre la COVID-19 dès la semaine prochaine dans la région.

Ces personnes sont ciblées pour une dose de rappel parce qu'elles sont plus à risque de complications et parce que leur système immunitaire répond moins bien aux vaccins.

Des cliniques mobiles seront aussi déployées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !