•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre régional de radio-oncologie veut offrir ses premiers traitements en juin

Le Centre régional de radio-oncologie de Rouyn-Noranda.

Le Centre régional de radio-oncologie de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Le nouveau centre régional de radio-oncologie à Rouyn-Noranda devrait offrir ses premiers traitements de radiothérapie dès le mois de juin. La pénurie de main-d'œuvre n’aura pas permis de les lancer cet hiver comme prévu.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a confirmé jeudi, en conseil d’administration, que trois des cinq technologues spécialisés en radio-oncologie requis pour le démarrage progressif du service ont été recrutés. Un quatrième technologue fera l’objet d’un prêt de ressource de six mois du Centre universitaire de santé McGill.

Les deux formations requises à la fois pour l’équipement et la technologie au centre de radiothérapie sont planifiées en mai, ce qui va permettre le début de l’offre de services en juin. La pression est vraiment à l’effet de pouvoir bénéficier d'un technologue supplémentaire, idéalement de plus d’un, mais de pouvoir enclencher ce cercle-là qui va nous permettre d’être plus attractifs, a expliqué la présidente-directrice générale du CISSS-AT, Caroline Roy.

Caroline Roy devant un rideau, portant un veston, mi-souriante.

Caroline Roy, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Trois boursiers à venir

Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue n’écarte aucune piste de solution, quitte à miser sur des ressources prêtées par d’autres établissements, pour lancer le service. Caroline Roy croit qu’il sera ensuite beaucoup plus facile de compléter l’équipe qui devra compter 10 technologues spécialisés en radio-oncologie à terme.

On est convaincus que dès qu’on va avoir débuté l’offre de services, on va être beaucoup plus attractif. Il est plus facile de solliciter des gens, de leur dire: venez, c’est un centre neuf, on a débuté les traitements et on a une belle équipe dynamique, que de leur dire: venez, on ne sait pas quand on va ouvrir. C’est sûr qu’on veut débuter le plus rapidement possible, a-t-elle fait valoir.

Le Centre régional de radio-oncologie de Rouyn-Noranda.

Le Centre régional de radio-oncologie de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Caroline Roy a aussi précisé que le centre régional de radio-oncologie deviendra aussi un lieu de stage, ce qui facilitera le recrutement de futurs technologues. De plus, trois étudiants ont accepté une bourse du CISSS-AT et rejoindront l’équipe de technologues à la fin de leurs études, soit deux l’an prochain et un troisième dans deux ans.

Elle a aussi invité les partenaires locaux et régionaux à s’impliquer pour trouver des solutions attractives, puisque le CISSS-AT ne peut bonifier la rémunération ni offrir des primes.

Nouvelle équipe clinique

Le bâtiment du centre régional de radio-oncologie a été livré au CISSS-AT. Le projet de près de 48 millions de dollars va permettre aux citoyens de la région de recevoir leurs traitements de radiothérapie en Abitibi-Témiscamingue, au lieu de se déplacer vers Gatineau ou Montréal. Le centre d’oncologie de Rouyn-Noranda y sera aussi installé.

Depuis le début du projet, nous sommes en recrutement actif pour compléter l’équipe clinique. C’est une toute nouvelle équipe. C’est un service qu’on n’offre pas dans la région, donc il faut recruter un nouveau type de personnel en Abitibi-Témiscamingue, a précisé Caroline Roy aux membres du conseil d’administration.

Trois postes de radio-oncologues, des médecins spécialistes, ont été octroyés à la région. L’un d’eux est déjà sur place et un deuxième est en route. Un premier physicien est aussi embauché et s’affaire à paramétrer les équipements, alors que des démarches sont en cours pour en recruter un second. Une infirmière a aussi été embauchée, ainsi que les autres membres du personnel. Sept postes de technologues en radio-oncologie restent à pourvoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !