•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada livrera du pétrole à l’UE et des armes aux Ukrainiens

Justin Trudeau devant un sigle de l'OTAN.

Justin Trudeau était à Bruxelles pour rencontrer ses partenaires de l'OTAN et discuter d'une réponse commune à l'invasion de l'Ukraine.

Photo : La Presse canadienne / Markus Schreiber

Radio-Canada

Le Canada, quatrième producteur mondial de pétrole, a annoncé une augmentation d'environ 5 % de ses exportations d'or noir pour répondre aux « demandes d’aide » des Européens. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, l’Union européenne (UE) cherche de nouveaux fournisseurs pour s’affranchir de sa dépendance au gaz et au pétrole russes.

L'industrie canadienne a la capacité d'augmenter progressivement ses exportations de pétrole et de gaz d'environ 300 000 barils par jour (200 000 barils de pétrole par jour et 100 000 barils d'équivalent pétrole par jour de gaz naturel) au cours de 2022, afin de remplacer le pétrole et le gaz russes, a indiqué Jonathan Wilkinson, ministre canadien des Ressources naturelles, dans un communiqué.

Comment concilier cela avec les objectifs climatiques du Canada? Interrogé sur la question lors de son point de presse après le sommet de l’OTAN, à Bruxelles, le premier ministre Justin Trudeau a expliqué que le but à long terme n’avait pas changé.

Il faut trouver l’équilibre entre le besoin de s’assurer que cesse la dépendance européenne du pétrole et du gaz russe, que Poutine soit puni, et qu’en même temps nous basculions le plus rapidement possible vers l’énergie renouvelable. C’est une conversation complexe, a assuré le premier ministre.

Il est important de remplacer le pétrole et le gaz russes à court terme, a-t-il ajouté.

« Le partenariat que nous envisageons de construire avec l'UE sur des questions telles que l'hydrogène et les énergies renouvelables est très prometteur, parce qu'il permettra au monde de se débarrasser non seulement du pétrole et du gaz russes, mais également de décarboner entièrement notre secteur énergétique. »

— Une citation de  Justin Trudeau

Pas d'engagement concret pour la défense

Par ailleurs, le premier ministre a confirmé que les investissements dans les Forces armées du Canada allaient continuer à augmenter, sans toutefois préciser de montant.

Les investissements qui sont dans le budget seront annoncés lors du budget, mais nous allons continuer de rester engagés, a déclaré M. Trudeau.

Le gouvernement fédéral est sous pression pour augmenter les dépenses militaires du Canada. En ce moment, avec un budget de défense qui représente 1,4 % du PIB, le Canada n' a pas atteint la cible de 2 % fixée par l'OTAN à ses membres.

Quant aux demandes faites par le président Volodymyr Zelensky pour obtenir des armes létales, le Canada va aider les Ukrainiens, a assuré M. Trudeau. Cela pourrait inclure l’achat de nouvelles armes pour les envoyer directement aux Ukrainiens.

« Nous allons continuer de chercher des moyens d'aider les Ukrainiens, y compris avec d’autres envois d’armes et d’autres équipements militaires. Nous sommes là pour aider, dans la mesure du possible. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada
Notre dossier Guerre en Ukraine

Nouvelles sanctions

Justin Trudeau a par ailleurs annoncé de nouvelles sanctions visant 160 sénateurs russes, ainsi que de nouvelles interdictions d’exportations concernant des biens et des technologies touchant à l’informatique, les télécommunications, le secteur aérospatial et les transports, afin d'affaiblir l’armée russe.

Enfin, une somme de 4,8 millions de dollars sera destinée à l’UNESCO pour aider l’Ukraine à protéger ses sites patrimoniaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !