•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2022 : le milieu culturel soulagé d’avoir été entendu

Vue aérienne d'une foule sur la place des Festivals, à Montréal, par un soir d'été.

Des sommes ont été prévues au budget pour soutenir les festivals québécois.

Photo : Festival international de jazz de Montréal

Fanny Bourel

Le budget 2022-2023 du Québec dévoilé mardi, et ses 257,9 millions de dollars prévus sur cinq ans pour la culture, a été accueilli positivement par le milieu culturel, qui a le sentiment d’avoir été entendu après deux années de pandémie qui ont fragilisé le secteur. 

On a le sentiment d’avoir été entendu et on sent que les investissements ont été faits à des endroits qu’on avait jugés prioritaires, se réjouit Catherine Voyer-Léger, directrice générale du Conseil québécois du théâtre (CQT). 

Le gouvernement répond à plusieurs de nos demandes et a entendu notre message, se félicite Julie-Anne Richard, directrice générale de RIDEAU, qui est l’association professionnelle des diffuseurs de spectacles.

On souhaitait avoir des choses structurantes et pas juste des petits programmes pour financer un petit projet ici ou là, ajoute-t-elle.

S’il attend de voir comment les sommes prévues se concrétiseront dans les semaines et mois à venir, Martin Roy, le président du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI), se dit également satisfait pour le moment. Je suis soulagé et enthousiaste pour la suite des choses.

Quant au réseau des Scènes de musique alternatives du Québec (SMAQ), il estime que ce budget lui donne de l’espoir, selon le communiqué émis mercredi. 

Un total de 257,9 millions de dollars 

Le budget déposé par le ministre des Finances, Éric Girard, prévoit donc un financement de 257,9 millions de dollars étalé sur cinq ans pour la culture et le patrimoine. 

Une enveloppe de 72,1 millions de dollars est allouée pour l’année à venir afin de soutenir le secteur culturel face aux effets de la pandémie qui se font encore sentir. Elle va permettre de prendre le relais de la mesure d’aide à la billetterie qui avait été instaurée pour compenser les ventes de billets réduites en raison de la jauge limitée des salles de spectacle pour assurer une distanciation physique entre les membres du public. 

Si les salles ont aujourd’hui retrouvé leur pleine capacité, le secteur des arts de la scène n’a pas encore retrouvé son niveau d’achalandage d’avant la pandémie. Il dit donc avoir encore besoin d’appui financier. 

Ce montant de 72,1 millions de dollars vise aussi à contribuer au Fonds d’urgence pour les artistes et les travailleurs culturels des arts de la scène de la Fondation des artistes et à soutenir des initiatives de promotion, de création, de production et de diffusion. 

De la prévisibilité pour les prochaines années 

Une somme de 157,4 millions est également octroyée pour faire briller le secteur culturel, pour reprendre les mots employés dans le budget.

« On a là le début de plan de relance [à long terme] que l’on réclamait. C’est un effort significatif qui s’ajoute au budget historique de l’an dernier. »

— Une citation de  Julie-Anne Richard, directrice générale de RIDEAU

On est contents de pouvoir compter sur des prévisions pour plusieurs années, ajoute Catherine Voyer-Léger.

Cette enveloppe se décompose en un montant de 15 millions de dollars destiné à promouvoir la culture québécoise au cours des deux prochaines années pour pousser le public à consommer autant de culture, si ce n’est plus, qu’avant la pandémie (9 M$) et à continuer le virage numérique amorcé par Télé-Québec (6 M$). 

Toutefois, la plus grosse part du gâteau – 136,6 millions de dollars – sera répartie au cours des trois prochaines années à la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), qui recevra 58,6 millions de dollars, et au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), qui en aura 78 millions. Ces deux sociétés d’État seront chargées de faire ruisseler cet argent au sein du milieu culturel à travers leurs différents programmes. 

Je suis rassurée que cela passe par le CALQ, car c’est notre premier interlocuteur et il connaît nos besoins, explique Julie-Anne Richard. Cet argent risque aussi de couler dans nos enveloppes de fonctionnement.

Ce dernier point est particulièrement important pour les organisations culturelles, car s’il leur faut des subventions pour financer des spectacles ou d’autres activités culturelles, elles ont aussi besoin de fonds pour rémunérer le personnel qui assure la gestion, la communication, les ventes ou encore la technique. Or le secteur culturel est durement frappé par une pénurie de main-d’œuvre et il a donc besoin de fonds pour pouvoir augmenter les salaires afin de pourvoir les postes vacants et de retenir le personnel en place. 

Dans le domaine du théâtre, les organisations s’apprêtent à déposer leurs demandes de subventions de fonctionnement, ces demandes ayant été gelées pendant la pandémie. Tout le monde aurait besoin d’un investissement majeur, précise Catherine Voyer-Léger, qui indique que les salaires trop bas offerts par ce secteur constituent un problème criant. 

Le montant annoncé ne permettra pas au CALQ de faire face à toutes ces demandes, craint-elle. 

Ces 136,6 millions de dollars visent aussi à soutenir la relève, dont l’éclosion a été retardée par les conséquences de la pandémie en culture, ce qui correspond aux attentes du milieu. On avait souvent mis en avant la question de la relève, indique-t-elle.

Je suis ravi de lire dans le nouveau budget que l’argent allant à la SODEC et au CALQ visera notamment à soutenir davantage la relève artistique, a indiqué, par communiqué, Jon Weisz, le directeur général des SMAQ.

À toutes ces sommes s’ajoutent 3 millions de dollars pour bonifier la formation proposée par le Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec et 6 millions de dollars pour pérenniser le crédit d’impôt important en culture afin d’encourager le mécénat alors que le milieu culturel a souffert de pertes de commandites pendant la pandémie.

De l’argent pour les festivals

Les festivals n’ont pas été oubliés dans ce budget 2022-2023. Ils pourront bénéficier d’une partie des 257,9 millions de dollars octroyés à la culture, mais aussi d’une mesure additionnelle de 15 millions de dollars en soutien aux festivals et événements touristiques pour la prochaine année. 

Dès cette année, il y aura une somme équivalente à celle de 2021-2022, qui avait déjà été bonifiée à cause de la pandémie, se félicite Martin Roy, du REMI. 

Le maintien d’une bonification du soutien aux festivals et événements pour la prochaine année est une excellente nouvelle pour les organisateurs qui avaient besoin de ce coup de pouce supplémentaire, a déclaré, par communiqué, François-G. Chevrier, directeur général d’Événements Attractions Québec, qui a fait état d’un contexte peu favorable au niveau des revenus autonomes pour les festivals. 

Ce texte a notamment été écrit à partir d'entrevues réalisées par Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18. Les propos ont pu être édités pour plus de clarté et de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !