•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ukraine : une ville dans la région de Kharkiv serait tombée aux mains des Russes

Chargement de l’image

Un bâtiment résidentiel endommagé à Kharkiv, le 21 mars 2022.

Photo : Reuters

Radio-Canada

La Russie affirme avoir pris le contrôle de la ville d'Izioum, dans la région de Kharkiv, soumise à un bombardement continu, faisant plusieurs morts, selon les autorités locales, qui soutiennent que les combats se poursuivent, un mois après le début de l’invasion russe.

Au matin du 24 mars, des unités de l'armée russe avaient pris le contrôle total de la ville d'Izioum dans la région de Kharkiv, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov.

Selon le maire adjoint, Volodymyr Matsokin, plus de 30 personnes pourraient être coincées sous les décombres et dans le sous-sol après une frappe aérienne sur un immeuble résidentiel.

Izioum, qui compte quelque 50 000 habitants, est située sur une route importante menant vers l'est de la région du Donbass qui pourrait permettre aux forces russes du nord-est et du sud-est de se relier.

À Kharkiv, le gouverneur régional Oleg Syniegoubov a fait état d'un premier bilan de six morts et 15 blessés dans un bombardement russe.

M. Syniegoubov a ajouté que le bombardement avait touché un bureau de poste près duquel des habitants locaux recevaient de l'aide humanitaire.

Kharkiv, une ville de quelque 1,5 million d'habitants avant l’invasion, est situé à une quarantaine de kilomètres de la frontière russe. Elle est pilonnée par les forces russes depuis le 24 février. Près de 1000 bâtiments y ont été détruits, selon le maire Igor Terekhov, cité par les médias.

Un navire russe de transport de troupes détruit

Chargement de l’image

Une colonne de fumée s’élève à proximité du port de Berdiansk, en Ukraine, le 24 mars 2022.

Photo : Associated Press

La marine ukrainienne a affirmé de son côté avoir détruit un navire de transport de troupes russes ancré dans le port de Berdiansk, ville proche de Marioupol, sur la mer d'Azov.

Le navire de transport de troupes Orsk a été détruit dans le port occupé de Berdiansk. Gloire à l'Ukraine! a écrit la marine dans un message sur son compte Facebook, accompagné de trois photos : un gros plan du navire non endommagé, et deux photos montrant, de loin, de la fumée dans le port et un bateau en feu, sans qu'on y distingue clairement le bateau.

Selon l’agence Tass, qui citait la chaîne de télévision du ministère russe de la Défense, ce navire appartenant à la flotte de la mer Noire était le premier navire de guerre russe à arriver à Berdiansk, le 21 mars.

Un officier cité par cette chaîne avançait que l’arrivée de ce navire ouvrait des possibilités pour la mer Noire en matière de logistique, entre autres en permettant l’utilisation du port de Berdiansk.

L’information avancée par l’Ukraine était invérifiable dans l'immédiat. L'armée russe ne donne que très rarement des informations sur ses pertes.

Notre dossier Guerre en Ukraine

Le port de Berdiansk est situé à 80 km à l'ouest du port stratégique de Marioupol, dont les Russes tentent de s'emparer depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février. Marioupol est assiégé depuis la fin de février et pilonné sans répit.

Au moins quatre personnes sont mortes, dont deux enfants, et six autres ont été blessées dans des frappes russes sur la localité de Roubijné, près de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine, a indiqué jeudi le gouverneur de la région, Serguiï Gaïdaï.

Le gouverneur a ajouté que le bilan sera bien pire. L'aviation russe a commencé à larguer des bombes au phosphore sur Roubijné, a-t-il déploré.

D'autres responsables de cette région ont accusé les Russes d'utiliser de telles bombes ces derniers jours, accusations invérifiables dans l'immédiat. Les Russes agonisent, ils n'arrivent pas à avancer, voilà pourquoi ils ont commencé à utiliser des armes lourdes, a déploré M. Gaïdaï.

Plus tôt jeudi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui aussi accusé la Russie d'utiliser des bombes au phosphore dans un message à l’attention des chefs d'État et de gouvernement de l’OTAN.

Échange de prisonniers

La vice-première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk a évoqué sur Facebook des échanges de prisonniers avec l’armée russe .

En échange de dix occupants capturés, nous avons récupéré dix de nos militaires, a-t-elle écrit.

Il s’agit pour Mme Verechtchouk du premier véritable échange de prisonniers de guerre avec la Russie depuis le début de son offensive.

Le président du CICR discute à Moscou de la protection des civils

Par ailleurs, Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge, a discuté avec ses interlocuteurs russes de la nécessité de protéger les civils dans le conflit en Ukraine.

Nous avons bien sûr discuté du droit international humanitaire, de la convention de Genève, concernant la conduite des hostilités et du fait que les civils doivent être protégés, a-t-il dit lors d'une conférence de presse avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, alors que Moscou dément systématiquement être responsable de pertes de civils en Ukraine.

Avec les informations de BBC, Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !